Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Blog / Cancun débarque à Bruxelles

Cancun débarque à Bruxelles

by PhilLee — last modified 01/12/2010 14:55
Filed Under:

Cette année, les négociations des Nations Unies sur le climat ont beau se dérouler de l’autre côté de la planète, cela ne signifie pas pour autant qu’elles échappent à l’attention des Européens. Francesca Gater, des Amis de la Terre Europe, blogue sur les événements qu’elle a suivis près de chez nous.

cancun in brussels - 4

Au cours du week-end, Les Amis de la Terre a pris part à de nombreux événements qui ont amené Cancun au cœur de Bruxelles et recréé l’esprit du mouvement pour la justice climatique auquel nous avions participé avec enthousiasme à Copenhague. Pour ceux d’entre nous qui n’allaient pas faire le voyage jusqu’au Mexique, la chance nous était donnée de retrouver des activistes et des alliés de l’Europe entière et de faire entendre notre solidarité avec nos collègues en lutte pour une issue équitable à Cancun. 

 

Le coup d’envoi du week-end a été donné vendredi, lorsque la masse critique habituelle de Bruxelles a pris une dimension internationale. Plus de 120 cyclistes, et parmi eux un groupe de samba, ont fait la tournée des institutions européennes, scandant le message « le changement du système, pas le changement du climat» à l’attention des négociateurs européens en route pour la COP16. 

 

L’Assemblée européenne pour la justice climatique, samedi, a rassemblé des activistes d’Europe et d’ailleurs, pour discuter, débattre, apprendre, partager, planifier… et déguster de fabuleux produits locaux. Plus de 150 d’entre nous ont débattu de questions pertinentes, telles que « le capitalisme vert existe-t-il ? », « comment remettre en question le système déséquilibré de la nourriture et de l’agriculture ? », « quels sont les coûts sociaux et environnementaux de l’expansion de marchés du carbone ? » ou encore « comment changer nos modèles de production et de consommation pour assurer à tous un accès aux besoins de base » ? L’exploration de ces questions stimulantes en compagnie de participants de toute l’Europe a été une expérience passionnante. 

 

 

cancun in brussels - 1Nous avons eu la chance d’être rejoints par des conférenciers internationaux d’exception. Evguenia Tchirikova, de Russie, a détaillé à l’assemblée le combat pour défendre la forêt Khimki en bordure de Moscou, dont elle est le fer de lance. Les autorités russes tentent d’abattre cette forêt pour faire place à une autoroute et des magasins. Les manifestations ont été violemment réprimées. Son récit nous a fait prendre conscience des dimensions mondiales et locales des combats écologiques. La forêt Khimki est emblématique à elle seule des milliers de forêts, de lacs et autres ressources naturelles en Russie et à travers le monde et de ceux qui essaient de tirer profit de leur destruction. 

 

Originaire du Pakistan, Qalandar Bux Memon a partagé son expérience des inondations dévastatrices de cette année qui ont laissé un cinquième du pays sous l’eau et 10 millions de personnes sans habitation. Les précipitations sans précédent ont constitué le facteur prédominant, mais elles ont été exacerbées par l’effet climatique de la fonte des glaciers, de la déforestation et de la destruction des palétuviers. Nous avons entendu à quel point les désastres écologiques touchent violemment les plus pauvres. « Le changement climatique n’est pas le problème de demain, nous faisons d’ores et déjà l’expérience de la catastrophe », a expliqué Qalander, dans un message d’autant plus poignant qu’il provient d’un témoin direct des impacts du changement climatique.  


cancun in brussels - 3

Chantons pour le climat

Après une journée intense et motivante, j’ai fait l’erreur de me rendre au marché de Noël de Bruxelles pour prendre un verre. Tous les chauffages d’extérieur et les gobelets jetables m’ont rappelé l’étendue du défi à relever et m’ont laissée avec un sentiment d’impuissance. 

 

La marche pour le climat organisée le lendemain par la Coalition belge pour le climat allait changer la donne. Evguenia, Qualander et moi-même avons rejoint environ 4 000 personnes dans les rues de Bruxelles pour un rassemblement en vue de « chanter pour le climat ». Loin de nous l’idée de faire mieux que les Beatles, mais notre version de « Jude » ne manquait pas de sentiment. Pour l’occasion, les paroles avaient été modifiées : « Notre terre, n’est pas à vendre, Nous ferons ce qu’il faudra, pour sauver le climat ». La Belgique est actuellement à la tête de la présidence tournante de l’Union européenne et représente donc l’Europe à Cancun. La chanson appelait ses négociateurs à œuvrer dans le sens de la justice climatique lors des pourparlers. Ce n’était pas le spectacle de « L’inondation pour la Justice climatique » organisé par Les Amis de la Terre l’an dernier, mais retrouver l’énergie qui était la nôtre à Copenhague et ressentir de nouveau l’appartenance à un mouvement international en pleine expansion était exaltant. Car le message n’a pas changé : les négociateurs aux pourparlers sur le climat doivent obtenir la justice climatique, un point c’est tout. On avait le sentiment, en amenant Cancun à Bruxelles, que tout un tas de choses s’étaient déjà passées, avant même que les négociations n’aient commencé ! Nous disposons maintenant de deux semaines entières d’activités. La Convergence de la Jeunesse européenne pour la Justice climatique, organisée par les Jeunes Amis de la Terre Europe, ne fait que commencer. Elle déroulera un programme journalier d’ateliers, de débats, d’échanges de compétences, d’actions et de projections de films en parallèle aux négociations, qui prouveront qu’il n’est pas besoin d’être au Mexique pour suivre les pourparlers, pour apprendre, pour agir et exiger la justice climatique.

Mots-clés associés : , ,
Actions sur le document