Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Participez / agissez / stopper la destruction du parc national de sumava en république tchèque

stopper la destruction du parc national de sumava en république tchèque

Vous pouvez vous joindre aux Amis de la Terre République tchèque dans leur appel au gouvernement en vue d’abandonner les plans d’abattage d’importantes zones de forêts jusqu’alors protégées, d’une riche biodiversité et abritant une faune et une flore menacées.

czech forest protest 2Le parc de Sumava est le plus grand parc national en République tchèque et sans doute ce qui se rapproche le plus d’une vraie étendue sauvage au cœur de ce pays. Ce lieu compte plus de 600 kilomètres carrés de forêts d’épicéas, de tourbières et autre zones humides, lacs glaciaires et prairies riches de fleurs.

Le parc abrite une population indispensable de lynx, de chenilles, de tétras lyres, de chouettes de l’Oural et d’élans européens. Sumava est un site classé Natura 2000 d’après les Directives Oiseau et Habitat, une réserve de la biosphère de l’UNESCO et ses tourbières et forêts de tourbes sont classées à la convention sur les zones humides de Ramsar.

Cependant, Jan Strasky, le nouveau directeur du parc national, propose un abattage à grande échelle des forêts d’épicéas du parc national. Cette initiative aura pour conséquence un déboisement gigantesque à travers tout le parc national.

Il faut agir !


Les habitats magnifiques de ces forêts de montagnes anciennes seront à jamais perdus. La raison officielle avancée est la montée en puissance des scolytes ; la plupart des arbres à abattre étant soi disant infectés de scolytes. Cependant, le scolyte est une espèce clé de la forêt montagnarde et des forêts d’épicéas gorgées d’eau et les processus naturels doivent être strictement protégés au cœur des parties centrales des parcs nationaux. Les groupes écologistes sont persuadés que le scolyte constitue un prétexte à la cession des intérêts forestiers qui ne cessent de faire pression sur les politiques afin d’obtenir de nouvelles concessions.

Jan Strasky, le directeur du parc, ancien homme politique et critique de longue date de la préservation de la nature est connu pour ces propos : « La nature est l’ennemi et nous devons la combattre. Sans mes ancêtres qui ont combattu différents animaux, je ne serais pas ici aujourd’hui. »

Il a en outre annoncé divers projets, parmi lesquels une remontée mécanique, l’élargissement de la route menant à la frontière autrichienne pour soutenir la construction de nouveaux bâtiments d’habitation, et la mise en place de nouvelles municipalités à l’intérieur du parc national.

Les Amis de la Terre République tchèque et d’autres organisations écologistes ont écrit aux autorités tchèques pour les inciter à mettre un terme à l’abattage au cœur de ces forêts jusqu’ici classées comme sites de non-intervention (strictement protégées). Ces appels sont restés lettre morte et l’abattage a continué. En conséquence, Les Amis de la Terre République tchèque, Greenpeace, Birdlife et d’autres organisations ont commencé un blocus pacifique des aires de coupe. Ils ont été rejoints par des personnalités scientifiques et d’autres particuliers.

Une décision judiciaire a finalement mis un terme au blocus des Amis de la Terre République tchèque. Cependant, plus de 70 personnes et autres ONG continuent de protester, malgré les tactiques sévères employées par la police et d’autres membres des services de sécurité.

La présence imposante de la police et des militaires souligne que ce combat dépasse l’abattage de 3 à 6 mille arbres, mais constitue une démonstration de force politique visant à détruire le parc national.

Vous aussi, écrivez aux responsables tchèques du parc national afin de leur demander de mettre un terme à l’abattage de ce que l’on nomme sur place le cœur sauvage de l’Europe.

les images de la dévastation
Découvrez les vidéos du blocus encerclé par la police sur YouTube et les photos des manifestations sur Facebook

agir

Envoyer un email au directeur du parc national et aux ministres du gouvernement.

Le texte de la cyberaction est disponible en anglais uniquement. Nous vous prions de bien vouloir nous en excuser.

Actions sur le document