Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Espace presse / archive / 2004 / 1011

1011

1011
Paris, le 11 octobre 2004

Les nouvelles normes de la Banque mondiale déchaînent la critique

La révision des normes environnementales et sociales du bras armé de la Banque mondiale pour les entreprises est lancée. Juste après une réunion et une consultation organisées par la Banque mondiale à Washington et à Rio de Janeiro, les Amis de la Terre International dénoncent les nouvelles normes en projet, extrêmement laxistes et floues et marquant un retour en arrière consternant. La plus grande fédération écologiste mondiale demande à la Banque d'adopter au contraire des normes plus strictes et juridiquement contraignantes.

Les normes environnementales et sociales de la Banque ont été établies pour protéger les populations et l'environnement des impacts négatifs générés par les projets du Groupe Banque mondiale. Aujourd'hui, la nouvelle proposition privilégie avant tout les bénéfices du secteur privé et répond aux exigences des multinationales beaucoup plus qu'à celles des populations locales. Qui doivent être les réels bénéficiaires de la Banque mondiale ? » s'interroge Sébastien Godinot des Amis de la Terre France.

A la fin du mois de septembre, la société civile sud-américaine a quitté la consultation organisée par la Société Financière Internationale (SFI) à Rio de Janeiro en signe de protestation.

Pour être crédibles, il est essentiel que les normes de la SFI soient obligatoires, précises et mises à jour. La nouvelle proposition les rend davantage discrétionnaires, ambigues et incomplètes. De plus, elles devraient être renforcées par un solide mécanisme de mise en oeuvre permettant aux communautés affectées d'obtenir des compensations», demande David Waskow des Amis de la Terre Etats Unis.

Des organisations de tous les continents critiquent la procédure de consultation mise en place. A la lettre envoyée par 180 organisations il y a deux semaines, la SFI a répondu qu'elle ne souhaitait pas accéder à la demande d'un processus transparent et adéquat.

Tandis que nous soutenons le principe d'une révision des normes, explique Longgena Ginting des Amis de la Terre International, nous dénonçons le processus actuel totalement bâclé, opaque et fermé. Il rend impossible toute participation effective de la société civile et n'a donc aucune légitimité pour l'élaboration de nouvelles normes pour une Banque publique de développement. 

Notes [1] en taille 8

Contact presse: Sebastien Godinot 01 48 51 18 98

 


Actions sur le document

Presse

Journalistes: Pour questions des médias, veuillez communiquer avec Niccolo Sarno, coordonnateur des médias de ATI.

niccolo

 

Tel: +31-20-6221369 (à Amsterdam, Pays-Bas)

Si vous souhaitez recevoir nos communiqués de presse par e-mail, s'il vous plaît écrivez à
media [at] foei.org