Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Espace presse / archive / 2005 / 0401

0401

0401

les amis de la terre france
1 avril 2005

la banque mondiale approuve le barrage de nam theun2 : un recul de 50 ans ?

Paris, le 1 avril 2005

Le Conseil d'Administration de la Banque mondiale a accordé hier son soutien au projet hydroélectrique de Nam Theun 2 au Laos. C'est le premier méga-barrage que la Banque finance depuis plus de dix ans, illustrant sa nouvelle stratégie « grands risques grands bénéfices » décidée en 2003 pour justifier son retour dans le secteur très controversé des grandes infrastructures. Les risques du projet sont immenses et ses avantages aléatoires. La Banque mondiale joue sa propre réputation déjà très affaiblie par le passé dans ce secteur, mais elle parie aussi sur les conditions de vie de plus de 100 000 paysans locaux.

« Le Laos a un besoin désespéré de développement », explique Sébastien Godinot des Amis de la Terre. « Mais ce projet est tellement risqué et complexe qu'il est peu probable qu'il bénéficie aux populations pauvres. Dans un contexte opaque et antidémocratique, nous craignons que les bénéfices reviennent essentiellement aux élites gouvernementales et aux entreprises étrangères - dont EDF, leader du projet - comme ce qui s'est vu par le passé. La Banque mondiale a-t-elle oublié les échecs et les luttes des cinquante dernières années, et les débats au sein de la Commission Mondiale des Barrages ? »

« Concernant les impacts locaux, les plans de compensation sont très flous et irréalistes. Ils ne se basent pas sur les projets existants au Laos aujourd'hui », précise Sébastien Godinot. « Nos analyses ont montré de nombreuses lacunes, mais nos propositions n'ont été prises en compte que très partiellement. Nous suivrons de très près la mise en oeuvre des compensations, car les populations locales n'ont quant à elles aucun droit de recours dans le projet ».

« Mais les conséquences sont également lourdes pour l'ensemble du bassin du Mékong », rajoute Sébastien Godinot. « Le bassin abrite 1300 espèces de poissons dont dépendent 50 millions de personnes. Un projet de la taille de Nam Theun 2 bouleversera à lui seul l'écosystème de deux affluents. Or la Chine a elle aussi des projets dans ses cartons : elle utilisera l'implication de la Banque dans Nam Theun 2 pour justifier ses propres barrages sur le Mekong et ses affluents. Les impacts cumulés sur l'ensemble du bassin risquent d'être dramatiques ».

D'un coût minimum de 1,3 milliards de dollars, le barrage doit être achevé en 2009. Il exportera 90% de ses 1070 MW en Thaïlande. Il noiera 450 km2, déplacera 6200 personnes et en affectera plus de 100 000, dont le mode de vie dépend principalement de la rivière.

La Banque Asiatique de Développement se prononcera sur le projet le 4 avril, suivie par la Banque Européenne d'Investissement. L'AFD et la Coface, l'agence française de crédits aux exportations, ainsi que plusieurs banques françaises sont également impliquées.

Pour en savoir plus :

www.amisdelaterre.org

Contact presse

Sebastien Godinot, Les Amis de la Terre(France) 01 48 51 18 92 / 06 68 98 83 41

 

Actions sur le document

Presse

Journalistes: Pour questions des médias, veuillez communiquer avec Niccolo Sarno, coordonnateur des médias de ATI.

niccolo

 

Tel: +31-20-6221369 (à Amsterdam, Pays-Bas)

Si vous souhaitez recevoir nos communiqués de presse par e-mail, s'il vous plaît écrivez à
media [at] foei.org