Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Espace presse / archive / 2012 / Nouveau rapport revele une resistance croissante au geant des ogm Monsanto

Nouveau rapport revele une resistance croissante au geant des ogm Monsanto

4 avril 2012, WASHINGTON (USA) / MONTEVIDEO (URUGUAY), PARIS (FRANCE) - Alors que le géant des biotechnologies Monsanto présente aujourd'hui ses résultats financiers du second trimestre, les organisations de la société civile présentent un nouveau rapport international.

Dans le monde entier, de plus en plus de mouvements sociaux, des petits exploitants biologiques aux communautés locales, s'organisent pour résister à Monsanto et rejeter le modèle agro-industriel que la multinationale représente.

Ce nouveau rapport [1] offre un large panorama des différentes lignes de front contre Monsanto et les multinationales de l'agrochimie qui tentent d'imposer leurs semences génétiquement modifiées aux agriculteurs, au risque de contaminer l'environnement. Réalisé en partenariat avec La Via Campesina, les Amis de la Terre International et Combat Monsanto, il est disponible en français, anglais et espagnol.

Pour Josie Riffaud de la Via Campesina : « Ce rapport démontre que la montée en puissance de l'opposition des mouvements sociaux et de la société civile a un impact réel sur l'introduction des OGM »

Les multiples témoignages et analyses contenues dans ce rapport ont pour objectif d'inspirer et d'unir les consommateurs, les militants et les différentes communautés pour lutter contre les abus de Monsanto et des autres firmes de biotechnologie dans le monde.

« Qui sera demain en mesure de tenir Monsanto responsable de la dégradation globale de la biodiversité, de l'érosion des sols et des violations des droits des paysans causées par l'utilisation massive d'intrants élaborés à partir de pétrole et indispensables à l'agriculture industrielle ? » demande Dena Hoff de la National Family Farm Coalition / La Via Campesina Amérique du Nord. Elle ajoute : « les agriculteurs du monde entier résistent pour défendre la souveraineté alimentaire, mais le reste du monde doit maintenant les rejoindre. »

« Ce nouveau rapport documente l'intense opposition face à cette puissante multinationale qui répand ses produits GM sans visiblement porter d'attention aux coûts sociaux, économiques et environnementaux qu'ils induisent » explique Martin Drago, le coordinateur du programme pour la souveraineté alimentaire des Amis de la Terre International.

Pour Héloïse Claudon, de l'association française Combat Monsanto : « La majorité des citoyens européens reste foncièrement opposée à la production d'OGM. En dépit des fortes pressions de l'industrie biotechnologique, plusieurs pays européens ont adopté des moratoires sur la culture du maïs MON810 et de la pomme de terre Amflora de BASF, et ce contre la volonté de la Commission Européenne»

Les plantes GM détruisent la biodiversité des plantes agricoles, homogénéisent l’alimentation et font disparaître la culture et les connaissances locales liées à l’agriculture. Dans ces conditions, un système alimentaire mondial basé uniquement sur le profit et non la production durable et la souveraineté alimentaire, risque d'accroître les inégalités sociales, la pauvreté et la surexploitation des ressources naturelles.

La surface totale des cultures OGM ne couvrent que 3% de la surface agricole mondiale : 97 % des terres agricoles mondiales restent sans OGM. La culture des OGM se limite toujours à une poignée de pays : 90% des plantes GM sont cultivées aux Etats-Unis, au Brésil, en Argentine, en Inde et au Canada. Près de 60% des essais en pleins champs sont menés aux Etats-Unis.

Finalement, l’essentiel des cultures GM servent à nourrir les animaux d’élevage ou à produire des agrocarburants destinés aux pays riches plutôt qu'à nourrir les plus nécessiteux souffrant de la faim.

Pour plus d’informations

En France
Josie Riffaud, Via Campesina: josieriffaud@yahoo.fr
Tel: + 33(0) 6 13 10 52 91
Héloise Claudon, Combat Monsanto: heloise.claudon@combat-monsanto.org
Tel: + 33 (0) 6 01 85 30 80

Aux Etats-Unis (Anglais)
Dena Hoff , National Family Farm Coalition / La Via Campesina North America
Tel: + 1 (406) 939 -1839

En Uruguay (Espagnol)
Martin Drago, coordinateur du programme souveraineté alimentaire des Amis de la Terre International : martin.drago@redes.org.uy or Tel: +598 (99) 13 85 59

NOTES AU REDACTEURS

[1] Le rapport est disponible sur :

EN FRANCAIS
http://www.foei.org/fr/publications/combatting-monsanto
IN ENGLISH
http://www.foei.org/en/resources/publications/pdfs/2012/combatting-monsanto/
EN ESPANOL
http://www.foei.org/es/recursos/publicaciones/pdfs-por-ano/2012/combatting-monsanto/

La Via Campesina est une organisation mondiale qui regroupe, partout dans le monde des millions de petits paysans, d’agriculteurs petits et moyens, de sans-terres, d’agricultrices, de peuples indigènes, de travailleurs migrants et de travailleurs agricoles.

La Fédération internationale des Amis de la Terre (Friends of the Earth International) est le plus grand réseau d’associations écologistes de terrain. Notre fédération a des groupes dans 76 pays et compte plus de 2 millions de membres et sympathisants.

Combat Monsanto coordonne des campagnes et des actions contre les méthodes dangereuses de l'industrie agrochimique et relaie les résistances mondiales pour la souveraineté alimentaire.

Actions sur le document

Presse

Journalistes: Pour questions des médias, veuillez communiquer avec Niccolo Sarno, coordonnateur des médias de ATI.

niccolo

 

Tel: +31-20-6221369 (à Amsterdam, Pays-Bas)

Si vous souhaitez recevoir nos communiqués de presse par e-mail, s'il vous plaît écrivez à
media [at] foei.org