Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Publications / corporates / clashes / digging

digging

digging
 

avec les grosses compagnies

échauffourées


2002   

 

petrobas, le brésil | les partenaires d'énergie de paso d'el, Etats-Unis

"Le pipeline ne sera en aucun cas bénéfique puisqu'il n'est prévu aucun avantage ni assistance aux populations indigènes. Le tracé passe tout près de la réserve indigène. Cela va occasionner des dommages aux populations et aux terres indigènes. Nous nous attendons à des problèmes comme la consommation de l'alcool dû au contact avec les travailleurs. Il y a aussi les problèmes familiaux. Les hommes qui viendront ici n'auront pas leur famille avec eux. Nous allons avoir un problème avec la prostitution "

Joao Batista Apurinä, leader de l'Union des Peuples Indigènes du Fleuve Purus. Petrobas est une compagnie gouvernementale brésilienne. Elle projette de construire un gazoduc de 550 km à travers les zones les plus vierges et sauvages de l'Amazonie, pour transporter du gaz naturel à des centrales électriques en Rondonie. El Paso la multinationale en énergie US et qui connaît une croissance rapide est la propriétaire des centrales électriques qui seront alimentées par le gazoduc d'Urucu.

Petrobas a construit la première phase du gazoduc liant la réserve d'Urucu à la cité de Coari en 1998, cette portion initiale a eu un effet négatif sur les communautés locales et la forêt le long de sa trajectoire de 280 kilomètres. Certaines communautés ont vu leurs eaux polluées entraînant la raréfaction du poisson leur principale ressource économique. La cité de Coari est devenue le centre de la prostitution infantile.

L'histoire montre que d'autres projets d'infrastructure majeure ont eu dans la région des impacts négatifs. Le peuple indigène Juma a été décimé par la construction de l'autoroute Transamazonica dans les années 1970 par exemple. Ce peuple ne compte que sept survivants aujourd'hui.

Le gazoduc d'Urucu va ouvrir la voie aux exploitants de bois, aux mineurs, aux fermiers et aux agriculteurs de Rondonie, qui vont entrer dans des zones intactes de l'Amazonie. Cela pourrait conduire à la déforestation des sites les plus préservés de la région habités par des groupes indigènes extrêmement isolé et vulnérables comme les Apurna, les Paumari, les Deni, et ce qui reste des Juma.

L'étude d'impact environnementale présentée par Pétrobas a été critiquée par les ONG conduites par les Amis de la Terre de l'Amazonie Brésilienne. La compagnie n'a conduit que deux courtes visites de terrain, ce qui est clairement insuffisant pour une description juste des 550 kilomètres à traverser. Certains groupes indigènes qui seront affectés n'ont même pas été visités. Des impacts potentiels ont té minimisés ou déniés par la compagnie.

pour plus d'informations: www.amazonia.org.br/english ou regarder le vidéo

 

Actions sur le document

Dans le monde

map