Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Publications / link / env-rights / 12case

12case

12case
  numero 107 link
janvier 2005   

 

une île malade de l'héritage toxique de shell

les amis de la terre - curaçao

Curaçao est une petite île des Caraïbes qui compte des kilomètres de récifs coralliens et de plages de sable et dont l'intérieur des terres est constitué d'un milieu semi-aride. Grâce à la firme Royal Dutch Shell, elle doit aussi faire face à un legs toxique qui a empoisonné l'environnement et la vie des habitants de l'île pendant près d'un siècle.


© foe curaçao

En 1918, Shell a commencé à construire une raffinerie de pétrole à Curaçao, qui n'est qu'à 90 kilomètres au large des côtes du Venezuela. Comme l'île était alors une colonie des Pays-Bas, l'arrangement était profitable à la fois au géant pétrolier et au gouvernement des Pays-Bas. Le pétrole vénézuélien pouvait être raffiné près de son lieu d'extraction mais en territoire hollandais, ce qui était favorable aux profits de Shell sans pour autant risquer de donner aux Vénézuéliens les moyens de raffiner leur propre pétrole.

En 1953, un an avant l'accession de Curaçaoà un statut autonome au sein du Royaume des Pays-Bas, le gouvernement colonial exemptait Shell de toute obligation environnementale. Le pays à l’autonomie fraîchement acquise était donc désarmé face au premier employeur et pollueur de l'île.

En 1985, Shell a abandonné la raffinerie. Avant de s'en aller l’entreprise s'est alors assurée une déclaration d'immunité de la part du gouvernement de Curaçao, suite à une consultation du gouvernement des Pays-Bas. La déclaration assurait que Shell ne pouvait être tenue responsable d'aucun des préjudices environnementaux qu'elle avait infligés à l'île au cours de la période de 70 ans sur laquelle elle avait déployé ses activités. En retour Shell vendait la raffinerie à une agence gouvernementale pour moins d'un dollar et cet arrangement était montré aux yeux de l'opinion publique comme un jeu auquel les deux partenaires étaient gagnants, et qui donnerait un coup de fouet à l'emploi local. Le gouvernement a alors loué la raffinerieà l'entreprise pétrolière publique du Venezuela, la PdVSA, pour une redevance modeste.

la santé des habitants bradée

Les activités de la raffinerie ont causé de graves problèmes environnementaux et sanitaires: morts précoces, cancers, malformations congénitales, asthme, insuffisances respiratoire, affections dermatologiques, maladies infantiles. En 1983, une enquête menée par des experts hollandais concluait que “les concentrations en polluants sont à Curaçao quatre fois supérieures à celle qui sont acceptées partout ailleurs dans le monde. Ceci implique que des dégâts irréversibles pour la santé sont causés aux personnes qui inhalent les polluants chimiques, organiques et toxiques que Shell répand.” (DCMR, 1983).

Amigu di Tera/les Amis de la Terre - Curaçao et les communautés atteintes ont organisé de très importantes manifestations de protestation à l'occasion des Journées Mondiales de l'Environnement en 1988, 1989 et 1990. Cela s'est traduit par l'adoption d'une nouvelle loi sur l'environnement, la première depuis l'autonomie, mais cette loi est faible. Bien qu'on ait demandé à la raffinerie d'obtenir un permis environnemental pour la première fois, ce permis est peu contraignant et ne comporte pas d'échéance de renouvellement. La raffinerie n'a pas à faire de progrès dans le domaine environnemental et la loi stipule que le gouvernement auraà payer la moitié du coût des futures mesures environnementales. Comme l'Etat est ruiné cela veut dire que la dégradation de l'environnement et la détérioration de la santé publique peuvent se poursuivre jour après jour.

Shell a conclu avec les 150 000 habitants de Curaçao un contrat bien sinistre. Les Amis de la Terre, certaines ONG (dont la Fondation pour la Défense de l'Homme) et les collectivités locales envisagent de rendre la compagnie responsable de ses actes. Elles demandent à Shell de nettoyer les zones polluées par ses activités, de verser des compensations aux employés de la raffinerie dont la santé a été atteinte, comme aux propriétaires privés dont la valeur des biens a subi un préjudice. D'ici-là, ils réclament du nouveau concessionnaire de réduire immédiatement et de façon drastique les pollutions produites et de verser une compensation pour la part prise dans la dégradation de l'environnement.

pour en savoir plus:

Derrière le rideau: l’Autre Rapport Shell 2003 (en anglais) www.foei.org/publications/corporates/shellshine.html

 

 

Actions sur le document

Dans le monde

map