Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Publications / link / gmo / 30

30

30
  link
  

 

"Je pense que les consommateurs boycotteront toute la filière du blé. (...) Les meuniers n'ont pas le choix mais les consommateurs l'ont. Si les consommateurs n'acceptent pas le blé GM, les meuniers non plus. Le consommateur est roi."
Dong Jin Chung, Vice-président de la KOFMIA et président de Daehan Flous Mills, dans CropChoise News, 2 mai 2003.

 

"nous ne voulons pas de blé gm".
Hi Sang Lee, président de l'Association des Moulins Industriels Coréens, (KOFMIA) représentant près de 100 % des meuniers de Corée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monsanto a demandé en décembre 2002 l'autorisation de culture commerciale pour un blé GM aux Etats-Unis et au Canada afin de préparer son introduction dans les deux pays en 2004-2005. Cette nouvelle variété, que Monsanto gardait jusqu'ici dans ses cartons, est un blé tolérant l'herbicide Roundup Ready. L'introduction de ce blé est aux Etats-Unis et au Canada extrêmement controversée et la plupart des agriculteurs demeurent sceptiques au sujet des projets de Monsanto sur le blé, étant données en particulier les mauvaises conséquences économiques possibles.

Le Syndicat National des Agriculteurs du Canada et le Canadian Wheat Board ont exprimé dans les termes les plus vifs leurs craintes que le blé GM pénalisent leurs exportations. Aux Etats-Unis, les représentant agricoles du Nord Dakota et du Montana ont demandé la mise en place d'une législation restreignant la production de blé GM en affirmant que leurs clients ne l'accepteraient pas. Dans une lettre au Premier Ministre Canadien plus de 300 groupements industriels, gouvernements d'Etats, associations citoyennes, scientifiques et chercheurs ont déclaré: "Nous représentons des tendances et des intérêts différents, mais nous sommes unis pour vous demander d'agir immédiatement pour empêcher l'introduction de blé GM dans l'alimentation canadienne et dans les champs, tant que les graves inquiétudes des agriculteurs, industriels et consommateurs canadiens n'auront pas été correctement prises en compte."

Les importateurs du reste du monde réagissent déjà au projet de commercialisation du blé GM de Monsanto. Ainsi une enquête menée par l'US Wheat Associates sur les marchés asiatiques y a rencontré une totale opposition: "100 % des marchés sondés en Chine, en Corée et au Japon ont fait savoir qu'ils n'achèteraient pas de blé de type Roundup Ready. 82% d'entre eux à Taïwan et 78 % en Asie du Sud ont affirmé qu'ils n'achèteraient pas de blé GM."

En Europe les principaux importateurs de blé ont eut la même réaction. Antonio Costado, PDG des plus grands moulins d'Italie Grandi Molini Italiani, a confirmé l'opposition de son entreprise au blé GM: "Nous n'éviterons pas seulement d'acheter du blé GM, mais nous serons probablement forcés l'éviter toute importation des régions et des pays dans lesquels on sait que du blé GM est cultivé."

L'opposition aux OGM continue à fleurir sur tous les continent. Les meuniers industriels d'Amérique Latine, comme par exemple Molinos de Costa Rica, le plus grand importateur de blé de ce pays, a écrit une lettre à Ann Veneman, Secrétaire d'Etat à l'Agriculture des Etats-Unis, pour lui faire savoir qu'il n'achèterait pas de blé en provenances des Etats-Unis s'ils commercialisaient des variétés GM. En Afrique, certains meuniers ont annoncé qu'ils prendraient des mesures semblables.

Freinant les ambitions de Monsanto, le refus du blé GM a temporisé ses projets d'introduction à la fois aux Etats-Unis et au Canada et au niveau international. Le géant des biotechnologies a déjà annoncé qu'il ne demanderait pas l'enregistrement de la céréale en vue de production au cours de l'année 2004 comme il l'avait initialement prévu.

pour en savoir plus :
GE Food AlertWebsite : www.gefoodalert.org/pages/home.cfm

 

Actions sur le document

Dans le monde

map