Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Publications / link / gmo / 42

42

42
  link
  

 

L'Espagne est le seul pays de l'Union Européenne dans lequel on pratique des cultures GM commercialement. Ces cultures ont débuté il y a six ans. Depuis 1998, on estime que 25000 hectares ont été plantés chaque année avec une variété GM de maïs (Bt 176) vendue par la société biotech suisse Syngenta. Ce maïs a été conçu pour résister à un prédateur qui le dévore - un insecte à l'effet potentiellement calamiteux pour cette plante.

La culture de ces variétés GM en Espagne s'inscrit dans le contexte d'un grave déficit d'information. Aucune donné officielle n'est disponible sur la surface cultivée précise ni sur les sites de culture ; il n'y a pas eu non plus d'analyse indépendante sur les performances des plantes GM et de leur impact négatif potentiel pour l'environnement et l'agriculture en général. Plus encore, l'introduction des plantes GM s'est faite dans un climat de secret, de méfiance et de peur dans les campagnes, où les agriculteurs et les coopératives, de peur de perdre leurs clients ou leurs emplois, se retiennent de parler ouvertement.

Les quelques études indépendantes disponibles montrent que les insectes peuvent survivre au coton BT, ce qui signifie qu'ils peuvent y devenir résistants. Cela jette le doute sur l'efficacité pesticide des plantes GM à moyen terme et met en danger celles des pesticides naturels utilisées dans l'agriculture biologique. L'impact du maïs GM sur les autres espèces d'insectes et les écosystèmes du sol demeure également inconnu. Il en va de même pour les effets des gènes de résistance aux antibiotiques sur les animaux et sur l'homme, tout simplement parce qu'on n'a mené aucune évaluation indépendante sur ces problèmes.

une contamination rampante

Deux cas de contamination génétique furent reconnus en 2001 et ils ne forment sans doute que la partie émergée de l'iceberg. En l'absence de toute mesure de prévention de la contamination génétique et sans qu'il soit possible aux agriculteurs qui utilisent des semences conventionnelles de savoir où se trouvent les champs de maïs GM, il faut s'attendre à ce que du matériel vivant se déplace par voie d'air des plantes GM vers les autres. Et l'absence de contrôle comme la peur qui étouffe les informations sur les pollutions génétiques constatées par les agriculteurs entraîne une contamination de plus en plus large.

Il n'a pas été prouvé que les variétés GM cultivées en Espagne donnaient de meilleurs résultats que les plantes classiques, ni qu'elles étaient nécessaires, ni qu'elles étaient utiles à un meilleur contrôle pesticide. Des études ont par exemple montré que les rendements des plantes GM sont substantiellement inférieurs à ceux de variétés conventionnelles comparables. Ainsi une étude a permis de conclure que le maïs GM avait un rendement de 25% plus faible que celles des variétés à haut rendement en 1999. De plus, selon le groupe de travail du gouvernement espagnol sur les pesticides, l'influence du maïs Bt sur l'insecte prédateur du maïs en Espagne est "faible" et "ne justifie pas l'usage de ces variétés GM".

Les aspects les plus préoccupants de l'introduction du maïs GM en Espagne en sont les conséquences sociales. Bien que cela n'ait pas encore été reconnu comme un réel problème, il faut prendre en compte le préjudice économique dû à la contamination par les OGM, les problèmes de responsabilité pour les agriculteurs, leur dépendance croissante aux grandes entreprises et la perte pour les consommateurs et les paysans de choisir librement leurs produits.

Six saisons de culture GM en Espagne ont montré que l'introduction de ces nouvelles variété culturales n'a pas contribué à la construction d'un modèle d'agriculture viable. L'absence de véritables résultats agricoles et les conséquences négatives, contamination génétique et résistance des insectes, montre que la culture des OGM devrait prendre fin puisqu'elle n'est ni économiquement ni environnementalement viable. De plus il est clair que les plantes GM créent des nouveaux problèmes aux agriculteurs, aux activités du secteur et aux consommateurs.

pour en savoir plus :
Les Amis de la Terre Espagne : www.tierra.org/transgenicos/pdf/Algranoingle s03-08.pdf

 

Actions sur le document

Dans le monde

map