Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Publications / link / mining / 36

36

36
  link
  

 

problématique d-6

le forage de pétrole dans la mer baltique

“Ici, les gens sont des nouveaux venus. Nous devrions nous comporter de manière à protéger cet endroit merveilleux pour les générations futures. Le pétrole évoque de mauvais souvenirs pour les gens qui vivent ici. Nous avons subi une fuite de pétrole en juin 1983, au cours des forages d’essai dans le champ de pétrole D-6. Nous qui habitons ici, nous essayons de protéger contre le pétrole nos belles plages, l’eau de mer, les poissons et les oiseaux marins.” Kazimieras Mizgiris, photographe lituanien de renom et résident de l’isthme de Courlande.

Le géant pétrolier russe Lukoil, récemment apparu mais perçant rapidement sur les marchés étrangers, s’apprête à extraire du pétrole offshore près de l’isthme de Courlande, un site classé patrimoine mondial par l’UNESCO, partagé par la Lituanie et la Russie. Le gisement ‘D-6’, situé à 22 kilomètres environ au large de la côte lituanienne, est supposé contenir quelque 24 millions de tonnes de pétrole.

la boîte de pandore

Les ONG environnementalistes de la région de la Baltique, dont les Amis de la Terre Lituanie, sont inquiets au sujet des risques de pollution environnementale et de déversements accidentels de pétrole que le projet comporte. L’isthme de Courlande est un écosystème particulièrement fragile, et la mer Baltique est relativement propre et riche en biodiversité dans cette zone. Autant la partie lituanienne que la partie russe de l’isthme ont un fort potentiel dans les domaines du tourisme durable et de la protection de la nature. Les militants craignent que le projet de Lukoil n’ouvre la boîte de Pandore en frayant la voie à l’extraction off-shore dans la Baltique, et que d’autres compagnies n’accourent en masse dans la région.

En mai 2000, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a renfloué Lukoil avec 165 millions d’euros en fonds de roulement, qui ont permis à la société de commencer à développer le projet controversé du gisement D-6. Les activistes ont exhorté la BERD à geler, voire retirer ce prêt si Lukoil n’abandonne pas ce projet si polémique. Pourtant, la Banque se déclare impuissante à influencer Lukoil dans les domaines de la responsabilité environnementale ou de l’obligation de rendre des comptes.

Pendant plusieurs années, le gouvernement russe a évité tout dialogue et refusé toute information sur l’extraction de pétrole prévue au D-6, malgré les nombreuses demandes du gouvernement lituanien, de la Commission d’Helsinki, du Comité du patrimoine mondial et des ONG internationales de défense de l’environnement. A présent, les militants ont tourné leur regard vers l’Union européenne, et demandé à la Commission européenne d’intervenir afin d’éviter la violation de la Convention d’Helsinki sur la protection de l’environnement marin dans la zone de la mer Baltique.

La Baltique est l’une des mers les plus sales du monde, et les 80 millions d’habitants des neuf pays dont elle baigne les côtes subissent déjà les impacts de cette pollution. L’extraction d’hydrocarbures, et les accidents et déversements dont elle s’accompagne inéluctablement, pourraient être la goutte qui fait déborder le vase.

pour plus d’informations visitez les sites:

CEE Bankwatch Network: www.bankwatch.org
FoE Lituanie: www.zalieji.lt/english/activities/Lukoil

 

Actions sur le document

Dans le monde

map