Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Publications / link / privatization

index

index
  numero 107 link
janvier 2005   

 

 

nature à vendre

impacts de la privatisation
de l’eau et de la biodiversité

ou téléchargez le pdf

 

résumé exécutif

préface nature à vendre

1. l’aide publique au contrôle privé

2. la privatisation de l’eau

3. la vente des forêts et des parcs aux entreprises forestières et touristiques

4. les nouveaux marchés 1 : la vente du carbone

5. les nouveaux marchés 2: la vente de nos gènes et de nos connaissances

6. conclusion: les pauvres et la privatisation

“Je pense aussi – même si cela sent l’hérésie – que toute la question de la biodiversité commence à ressembler davantage à l’économie qu’à la biologie. A mesure que la science avance dans la compréhension de la structure génétique, les forêts humides équatoriales entrent dans le processus d’évaluation. La science est au service de l’économie, et les deux sont au service du capital. Aujourd’hui, les communautés des forêts tropicales sont expulsées et, tout comme leurs territoires, leurs connaissances traditionnelles sont confisquées et se voient attribuer une valeur marchande. Tout ceci est au coeur des nouveaux conflits environnementaux: c’est ce qui explique aussi la guerre que les USA et leurs alliés sont en train de mener dans la région des Andes.

La gestion communautaire des forêts tropicales ne peut pas être considérée comme une possibilité valable si elle ne met pas en question les fondements du modèle économique dominant. Comme on dit, ‘il faut tout changer pour que rien ne change’: certains changent leur discours officiel, mais leur but est toujours le gain. On ne peut pas permettre que les nouvelles initiatives se réduisent à du ‘verdissage’.

Les rapports économiques durables, que les institutions multilatérales prônent avec tant de force, ne suffisent pas à créer des sociétés durables. Nous avons besoin d’une économie qui garantisse le bien-être de toute la société, qui garantisse non seulement les recettes en argent mais la souveraineté et la justice alimentaires, la conservation écologique et la souveraineté culturelle. Les sociétés doivent reprendre le contrôle des structures politiques et sociales de manière à obtenir le contrôle des profondes transformations requises.”

Hildebrando Vélez Galeano, CENSAT/Amis de la Terre – Colombie, “Les communautés remportent la palme”, Link Magazine, 2002, www.foei.org/publications

 

Actions sur le document

Dans le monde

map