Vous êtes ici : Accueil / Ce que nous faisons / agrocarburants / documents les plus récents

documents les plus récents

07/04/2011

dépôt de plainte contre une publicité mensongère du conseil malaisien de l’huile de palme

by PhilLee — last modified 07/04/2011 10:20

Les Amis de la Terre International a déposé une plainte auprès de l’Agence britannique des normes publicitaires (ASA) concernant un bandeau publicitaire sur Internet du Conseil malaisien de l’Huile de Palme (MPOC) comportant le slogan : « L’huile de palme : durabilité, sécurité alimentaire, avancement sociétal. »

Cette publicité a été affichée sur le blog du Guardian sur l’environnement au moins pendant la journée du 28 mars 2011 et sans doute pendant plus longtemps encore. Nous pensons qu’elle constitue une infraction du code britannique de la publicité, de la promotion des ventes et du marketing direct.

Le 9 janvier 2008 et le 27 août 2009 déjà, l’ASA avait découvert qu’une annonce télévisée et une publicité imprimée du MPOC affirmant de la même manière la durabilité de l’huile de palme étaient toutes deux en infraction avec les règles et devaient être retirées.

Le MPOC a choisi d’ignorer la décision de l’ASA et continue de produire des publicités mensongères sur la durabilité de l’huile de palme.

Les Amis de la Terre s’inquiète que d’autres publicités du MPOC continuent à l’avenir à mépriser le code et demande à l’ASA de recourir à tout l’éventail des amendes à sa disposition en guise de riposte.

Les Amis de la Terre suggère notamment que :

MPOC publie une annonce de la même taille expliquant que la précédente était mensongère.
L’ASA recommande aux médias britanniques de ne publier aucune publicité du MPOC pendant une longue période car elles sont systématiquement mensongères.

articles pertinents du code 


corroboration
3.1 Avant de distribuer ou de soumettre une communication commerciale en vue de sa publication, les responsables marketing doivent avoir les preuves documentaires garantissant que toutes les affirmations, directes ou implicites, disposent d’une corroboration objective.

3.2 Dans le cas d’une division significative d’opinion concernant toutes les affirmations produites au sein d’une communication marketing, ces affirmations ne doivent pas être montrées comme étant généralement convenues.

sincérité
7.1 Une communication commerciale ne doit pas être mensongère, ni être susceptible d’être mensongère en raison de son inexactitude, de son ambigüité, d’exagérations, omissions ou autres.

affirmations environnementales
49.2 Des affirmations telles que « sans danger pour l’environnement » ou « entièrement biodégradable » ne doivent pas être utilisées sans agrément à moins que les responsables marketing puissent produire les preuves probantes garantissant que les produits en question ne provoqueront pas de dommages écologiques lorsqu’on prend en compte le cycle de vie complet du produit. Les affirmations et comparaisons admissibles telles que « plus écologique » ou « meilleur pour l’environnement » peuvent être acceptées si les responsables marketing peuvent corroborer que leur produit apporte une amélioration globale en termes écologiques, soit par rapport à celui de leurs concurrents, soit par rapport à leurs anciens produits.

49.3 Dans le cas d’une division significative d’opinion ou lorsque les preuves ne sont pas décisives, il s’agit d’en tenir compte dans toute affirmation produite au sein de la communication commerciale. Les responsables marketing ne doivent pas sous-entendre que leurs affirmations disposent d’une acceptation universelle si ce n’est pas le cas.

étendue de la plainte
1. Le bandeau publicitaire affirme : « L’huile de palme : durabilité, sécurité alimentaire, avancement sociétal. »
Cette déclaration est en infraction avec le principe 49.2 car l’utilisation du terme « durabilité » dans ce contexte implique que l’huile de palme est un produit particulièrement respectueux de l’environnement alors que les responsables marketing ne peuvent pas avancer les preuves probantes garantissant que l’huile de palme ne provoquera pas de dommages écologiques lorsqu’on prend en compte le cycle de vie complet du produit.




L’utilisation du terme « durabilité » dans ce contexte est en outre une infraction aux principes suivants :
- le principe 3.1 car l’affirmation que l’huile de palme est systématiquement durable ne peut pas être corroborée.
- le principe 3.2 car le Conseil malaisien de l’Huile de Palme formule ses affirmations d’une manière qui suggère qu’elles sont généralement reconnues, malgré une division significative de l’opinion sur les impacts environnementaux et sociaux de l’huile de palme.
- le principe 7.1 car le Conseil malaisien de l’Huile de Palme trompe le lecteur en avançant des affirmations inexactes en contradiction avec les preuves généralement reconnues sur les impacts négatifs majeurs des plantations d’huile de palme.
- le principe 49.2 car l’affirmation que l’huile de palme assure la « durabilité » est semblable à l’affirmation « sans danger pour l’environnement » et le responsable marketing ne peut pas fournir les preuves probantes garantissant que l’huile de palme ne provoquera pas de dommages écologiques lorsqu’on prend en compte le cycle de vie complet du produit.
- le principe 49.3 car la publicité suggère que l’affirmation que l’huile de palme est durable dispose d’une acceptation universelle alors que ce n’est pas le cas.

15/03/2010

La demande européenne en huile de palme provoque déforestation et confiscation des terres

by Joukje Kolff — last modified 15/03/2010 14:40

Selon un rapport publié par les Amis de la Terre Europe, un des principaux fournisseurs de l’Europe en huile de palme prétendue « verte » empiète de façon illégale sur la forêt et les tourbières d'Indonésie. Ce rapport dévoile les activités illégales de la compagnie malaisienne IOI Group et démontre que la demande croissante de l’Europe en huile de palme pour l'alimentation et les agrocarburants mène à la déforestation, à la violation des législations environnementales et à des conflits fonciers en Asie.

lol-agro-report

Ces révélations interviennent, alors qu’on est en plein débat sur l'utilisation de systèmes de certification mis en place par les industriels et supposés satisfaire les demandes de l’UE. D’autre part, la Commission Européenne prépare un guide à destination des pays de l'UE, ayant pour objectif affiché d’éviter le recours à des biocarburants non soutenables, alors qu’elle envisage à nouveau d'inclure dans ce guide, les plantations d'huile de palme dans la définition des "forêts".

 

Lisez le rapport ici


Pour Adrian Bebb, coordinateur de la campagne Alimentation et Agriculture pour les Amis de la Terre Europe, « La réalité indonésienne qui se cache derrière l'utilisation d'huile de palme en Europe n’est pas belle à voir : pratiques illégales de déforestation, confiscation de terres et violations de la législation environnementale. Ces dégats sont la conséquence directe des objectifs de l'Europe en matière de biocarburants et de son obsession pour l'huile de palme. Les compagnies comme IOI Group, qui se présentent comme vertes et responsables, font passer le profit avant les humains et la planète, et sacrifient les forêts pour l'alimentation et les carburants en Europe. »

D'après les Nations Unies, la croissance rapide des surfaces plantées en palmiers à huile est désormais la première cause de la disparition des forêts pluviales permanentes en Indonésie. 

L'enquête des Amis de la Terre dévoile les pratiques de la compagnie  malaisienne IOI Group, le principal groupe producteur d'huile de palme au monde, et l'un des promoteurs des mécanismes de certification « verts » pour l'huile de palme. L'étude révèle que IOI s'est rendu responsable de déforestation illégale, qu’elle empiète sur des zones de tourbières protégées, et s'approprie des terres au détriment des cultivateurs de riz locaux, dans la province indonésienne du Kalimantan Occidental.

L’IOI Group est un membre influent du Conseil Malaisien de l'Huile de Palme (MPOC - Malaysian Palm Oil Council ), l'un des groupes de lobby les plus actifs à promouvoir l'utilisation de l'huile de palme comme agrocarburant dans l'UE, et co-fondateur de la Table Ronde pour l'Huile de Palme Durable (Roundtable for Sustainable Palm Oil ou RSPO). La majorité de l'huile de palme arrive en Europe via les Pays-Bas où IOI dispose de plusieurs installations. La multinationale de l'alimentaire Unilever et le producteur d’agrocarburants finlandais Neste Oil sont parmi les acheteurs de l'huile de palme de IOI.

« Dès lors que l'on tente de redéfinir comme forêts, des plantations industrielles de palmiers à huile, rien ne sera plus facile que de convertir des forêts, en plantations d’agrocarburants dévastatrices ! Les émissions de gaz à effet de serre qui résultent de la déforestation font que les objectifs de l'UE en matière d’agrocarburants entretiennent le changement climatique au lieu de l'infléchir. Il faut tout faire pour éviter l'utilisation de l'huile de palme dans les agrocarburants », conclut Adrian Bebb.

 

Pour plus d'information

 

22/10/2009

Film : les champs de la mort

by PhilLee — last modified 22/10/2009 11:30
Filed Under:

Au sein du projet de campagne sur l’accaparement au niveau national et européen « Feeding and Fueling Europe », le film Les Champs de la mort : la bataille pour l’alimentation de l’élevage industrialisé cherche à illustrer la chaîne de destruction secrète qui lie les fermes industrielles en Europe aux forêts d’Amérique du Sud.

Killing FieldsLe documentaire étudie en Amérique du Sud les énormes plantations de soja qui anéantissent la vie sauvage, aggravent la crise climatique et chassent des milliers d’indigènes de leurs terres. Les plantations de soja sont en hausse ces dernières années en raison de la forte demande de cette culture en Europe pour l’alimentation de l’élevage industrialisé.

 

Les Champs de la mort dévoile les conséquences de la culture du soja en Amérique du Sud et montre que la pratique non durable de l’agro-industrie nuit à la fois à l’Europe et à l’Amérique du Sud.

 

Visionner le film

Actions sur le document