Vous êtes ici : Accueil / Ce que nous faisons / Justice climatique et l'energie / documents les plus récents / Pour un vrai changement ascendant – La Conférence internationale sur le changement climatique, les territoires et les mouvements sociaux

Pour un vrai changement ascendant – La Conférence internationale sur le changement climatique, les territoires et les mouvements sociaux

by Denis Burke — last modified 06/11/2012 17:35

La Conférence internationale sur le changement climatique, les territoires et les mouvements sociaux a débuté le lundi 5 novembre à l’université de San Salvador au Salvador. Plus de 500 délégués en provenance de plus de 77 pays faisant partie du Mouvement des Victimes du Changement climatique se sont rassemblés pour créer un espace permettant de renforcer les alliances avec les organisations et les réseaux de la région afin de défendre les moyens de subsistance et la souveraineté des peuples et de favoriser le développement de MOVIAC en qualité de mouvement de plaidoyer.

moviac

L’événement, couvert par la Real World Radio, a débuté sur une conférence de presse dans la capitale salvadorienne San Salvador.

 

Silvia Quiroa de CESTA – les Amis de la Terre Salvador, une des principales organisatrices de l’événement, a affirmé que « l’on peut uniquement affronter le changement climatique par le biais d’un travail concerté fort. »

 

Juan Almendares, directeur de Madre Tierra – Amis de la Terre Honduras, a précisé que la « répression stratégique contre les peuples constitue une tendance à la hausse, depuis le Mexique jusqu’à la Méso-Amérique, qui viole les droits des peuples, exploite les communautés et va de pair avec le militarisme néo-impérialiste. Les personnes unies en ont convié d’autres à se joindre à nous pour combattre la recolonisation et le capitalisme néo-impérialiste. »

 

Pendant ce temps, Carlos Muralles, de la délégation du Guatemala et représentant de MOVIAC en Amérique centrale a dénoncé les atrocités commises par les multinationales contre les peuples. Ce chef de file environnemental s’inquiète de la gravité de la situation au Guatemala en raison des persécutions et des répressions contre les mouvements sociaux et les chefs de communauté.

 

Nieves Capote de Otros Mundos – Les Amis de la Terre Mexique a affirmé qu’« à cet instant où le capitalisme est en crise, nous sommes témoins d’une avancées sur les territoires et d’une augmentation des concessions minières, avec près de 30% du territoire octroyés à des concessions minières. Ces mouvements sont les seuls à pouvoir sauver la planète de cette crise. »

 

Les représentants nicaraguayens de Jovenes Ambientalistas (jeunes activistes environnementaux), German Areas, est d’avis que nous traversons une transition dans laquelle les communautés autochtones et paysannes jouent un rôle important. Ce chef de file environnemental a également dénoncé la construction de mégaprojets qui menacent les communautés nicaraguayennes tels que

Refinería del Supremo Sueño de Bolívar et el Gran Canal Interoceánico del Lago de Nicaragua.

 

Enfin, Grace Garcia, militante écologiste pour COECOCEIBA-Les Amis de la Terre Costa Rica a affirmé que les groupes des Amis de la Terre en Amérique centrale, de pair avec d’autres réseaux, tel que MOVIAC, doivent relever le défi de l’unification de leurs combats et propositions. Elle a en outre invité les personnes présentes à participer à la conférence et à la mobilisation prévues pour le mardi 6 novembre en solidarité avec les combats des peuples pour défendre leurs territoires.

  1. 2012 Real World Radio

Actions sur le document