Vous êtes ici : Accueil / Ce que nous faisons / Forets et biodiversité / documents les plus récents / 2010 / Septembre / 14 / Les communautés de Penan bloquent de nouveau les villages pour protester contre les promesses bafouées du gouvernement

Les communautés de Penan bloquent de nouveau les villages pour protester contre les promesses bafouées du gouvernement

by PhilLee — last modified 14/09/2010 13:55

Le 2 septembre 2010, près de 150 villageois de Penan provenant de plusieurs communautés du Sarawak, en Malaisie, se sont rassemblés pour commémorer l’anniversaire des blocus simultanés qu’ils avaient organisés l’année précédente.

penan-blockade-1Le rassemblement a été organisé non seulement pour commémorer l’anniversaire des manifestations, mais également pour rendre hommage aux combats que mènent depuis trente ans les communautés de Penan du Sarawak contre les violations continuelles des droits de leurs terres ancestrales. Le rassemblement rappelle à la population d’apprécier les droits, les moyens de subsistance, les traditions et la culture qui sont profondément liés aux forêts, et qui ont d’ores et déjà été détruites en grande partie par les sociétés forestières.

Lors des premières manifestations, l’Etat a répondu par la présence d’un membre de l’assemblée législative sur le site du blocus, qui a exhorté les participants à démanteler les barricades et à signer un mémorandum d’accord dont il serait cosignataire.

Le mémorandum d’accord comprenait les promesses suivantes de la part du gouvernement d’Etat du Sarawak :
Fournir un effort pour que les chefs des communautés de Penan rencontrent les hautes autorités pour discuter de leurs terres et des territoires traditionnels ;
Fournir un effort pour apporter auprès des autorités compétentes les demandes des communautés de Penan pour la construction d’écoles maternelles et primaires dans chaque maison longue.
Accroître le nombre de chefs de communauté pour la communauté de Penan.
Fournir un effort pour instaurer des activités agricoles appropriées aux communautés de Penan.
Fournir un effort pour obtenir des allocations financières pour les besoins en logement et en soins des communautés de Penan

Les exigences listées ci-dessus ne sont pas les demandes posées à l’origine par les communautés de Penan lors des blocus. Les blocus de l’année dernière ont été érigés en premier, afin d’exiger que le gouvernement du Sarawak reconnaisse le droit des Penan à prendre leurs propres décisions concernant leurs terres, et en second lieu, pour demander que cessent immédiatement les activités forestières et les empiètements sur le territoire penan afin d’empêcher la famine.

Promesses bafouées

La manifestation d’origine exigeait qu’à la fois le gouvernement et les sociétés forestières reconnaissent les droits à la terre des communautés de Penan. Néanmoins, l’Etat a fait pression sur les communautés afin qu’elles modifient leurs demandes en faveur de celles énoncées ci-dessus.

Un an plus tard, l’Etat n’a toujours pas explicité aux Penan comment il comptait remplir ces simples demandes. Les propositions d’écoles, de garderies et de cliniques n’ont abouti à rien.

En conséquence de cela, les communautés de Penan ont déclaré que si l’Etat persistait à ignorer ses obligations, elles n’hésiteraient pas à monter des blocus sur une période de temps plus longue encore.

Dans une déclaration soulignant leur position, un porte-parole penan a expliqué :

« Beaucoup d’entre nous ont fait de la prison pour avoir défendu nos droits sur cette terre. En conséquence, nous continueront à défendre nos droits pour le restant de nos vies. »

Les Penan sont également préoccupés par les rapports les concernant qu’ils peuvent lire dans les journaux.

Par exemple, en décembre 2009, le gouvernement annonçait le projet de déplacer les communautés penan vers un site de réimplantation semblable à celui de Sungai Asap pour les communautés de Bakun. Cette décision n’avait pas fait l’objet d’une consultation auprès des Penan.

« Notre peuple ne se déplacera pas sous prétexte que le gouvernement en a décidé ainsi. Notre maison se trouve sur notre terre ancestrale. Le gouvernement ne peut pas persister à nous menacer de la sorte et à nous déplacer comme bon lui semble », poursuit la déclaration.

« Le gouvernement ne peut pas se permettre de continuer à gouverner de la sorte, en faisant des annonces sans ressentir le besoin de consulter nos communautés et en faisant des promesses sans prendre les mesures nécessaires par la suite pour les tenir. Nous maintenons qu’en l’absence d’une réponse à nos demandes, des blocus de longue durée auront lieu dans l’état », conclue la déclaration.

Documentation supplémentaire

Pour en savoir plus sur l’abattage des arbres au Sarawak et sur le travail à ce propos des Amis de la Terre Malaisie.

Actions sur le document