Vous êtes ici : Accueil / Ce que nous faisons / Justice económique – resister le néoliberalisme / documents les plus récents / 2010 / Décembre / 02 / Le palmarès des « pires lobbyistes » européens 2010

Le palmarès des « pires lobbyistes » européens 2010

by PhilLee — last modified 02/12/2010 14:14

RWE (npower), Goldman Sachs et le groupe de lobbying financier de produits dérivés ISDA ont reçu l'honneur douteux d'être désignés les « pires lobbyistes » européens de 2010. Les résultats des doubles catégories, climatique et financière, du Prix du pire lobbyiste européen de l'année 2010 ont été révélés aujourd'hui lors d'une cérémonie qui a eu lieu à l'extérieur du bureau d'ISDA à Bruxelles.

worst eu lobbying award 2

Des citoyens de l'Europe entière ont participé à un vote public en ligne pour les nominés climatiques et financiers les plus méritants. Les électeurs ont envoyé le message clair à Maroš Šefčovič, Commissaire européen en charge de la transparence et de l'éthique, qu'il est urgent de procéder à un nettoyage significatif du lobbying à Bruxelles et qu'il est temps que la Commission européenne fasse primer l'intérêt public sur les intérêts commerciaux des grandes entreprises.

Dans la catégorie climatique, la filiale du géant énergétique allemand RWE, npower, nominée pour ses prétentions à être verte tout en continuant son lobbying afin de maintenir ses centrales énergétiques à charbon et ses installations pétrolières ouvertes, a remporté le prix avec 58% des votes. BusinessEurope, nominée pour son lobbying agressif afin de bloquer une action climatique efficace au niveau européen tout en prétendant soutenir l'initiative pour protéger le climat, a pris la seconde place avec 24% du nombre total des votes. Enfin Arcelor-Mittal, le « grand profiteur » de l'industrie sidérurgique, est arrivé en troisième position avec 18% des votes.

Nina Katzemich, s'exprimant au nom des organisateurs du Prix 2010 du Pire lobbyiste européen, déclare : « Ce prix illustre à quel point les gens, à travers toute l'Europe, sont fatigués des pratiques fallacieuses de lobbying utilisées par les grandes entreprises en matière de régulation climatique. RWE prétend être verte alors qu'elle a mis en œuvre tous les blocages possibles pour maintenir ses centrales énergétiques, très sales, ouvertes, faisant passer ses profits avant l'intérêt général. Si la Commission européenne est sérieusement déterminée à contrer le changement climatique, elle doit cesser d'écouter les entreprises de manière disproportionnée. Elle peut prendre un nouveau départ - maintenant, à Cancun. »

Dans la catégorie financière, Goldman Sachs et le groupe de lobbying financier de produits dérivés ISDA, nominés pour leur lobbying agressif afin de défendre leurs « outils financiers de destruction massive » sont arrivés en tête avec 59% des voix. La Banque royale d'Ecosse (23%) est arrivée en deuxième position, nominée pour son lobbying secret à Bruxelles et pour son exploitation de contacts internes. Enfin les lobbys financiers de l'industrie des fonds d'investissement et de couverture AIMA and EVCA (18%) ont pris la troisième place, nominés pour leur lobbying mensonger afin de bloquer la régulation de la spéculation destructive dans le secteur financier.

Paul de Clerck, coordinateur de la campagne Responsabilité des entreprises pour Les Amis de la Terre International explique :
« Malgré la crise sans précédent qui a suivi le krach financier, le lobbying massif des grandes banques et des sociétés d'investissement continue à retarder et à affaiblir très sérieusement les réformes de régulation, qui sont pourtant plus que jamais nécessaires. Alors que beaucoup de gens à travers le monde souffrent de conséquences terribles, les lobbyistes industriels bloquent toutes les mesures qui seraient susceptibles de limiter les profits massifs engendrés par les banques. Ceci est tout à fait inacceptable. Nous appelons la Commission européenne à mettre fin à l'accès privilégié qui est accordé aux grandes industries, par exemple en limitant leur accès aux groupes de conseil européens sur les futurs projets de régulation financière. »

Le Prix entre dans le cadre d'une campagne en cours pour dénoncer et faire face aux tactiques de lobbying fallacieuses et l'accès privilégié qui ont des conséquences sur les prises de décision européennes.
Pour plus d'informations sur les nominés de cette édition et pour suivre les prochains développements, consultez : www.worstlobby.eu

Actions sur le document