biosecurité

by Ekue Assem — last modified 20/04/2007 12:20

protocole de la biosécurité

brésil 2006: La réunion internationale sur les OGM devrait prendre une décision sur le droit de de reconnaître la présence d'OGM dans le système du commerce mondial de l'agriculture

Après plus d'une décennie de la plantation des cultures OGM dans l'environnement, plus de 130 parties de l'Accord des Nations Unies sur les organismes génétiquement modifiés, appelée le protocole sur la biosécurité, se réuniront à Curitiba, au Brésil, pour prendre une décision cruciale qui peut considérablement affecter le modèle actuel du développement et du commerce des aliments GM dans le monde. L'enjeu est le droit des pays à savoir sur la présence d'OGM destinés à l'alimentation humaine et animale ou la transformation (qui constituent l'essentiel des OGM commercialisés dans le monde d'aujourd'hui) dans le commerce mondial du marché.

 

L'industrie des biotechnologies s'est toujours opposée à l'identification et l'étiquetage clairs pour toutes les cultures OGM sur le marché aujourd'hui. Sans information sur le contenu des OGM commercialisés dans le monde entier le droit de savoir des pays importateurs et de ses citoyens est violé. Cette situation peut également contribuer à plus de contamination de l´approvisionnement alimentaire, ce qui peut conduire à la contamination des semences et des cultures.

Briefing:Normes Globales  relatives à l'identification des OGM destinés à être décidées par Traité international


le contexte de la réunion

La réunion se déroule au milieu d'un débat controversé sur les avantages des cultures génétiquement modifiées et des aliments après une décennie d'expérience, et une polémique dont l´origine provient de l'Organisation mondiale du commerce (OMC)  entre les États-Unis et l'Union européenne (UE). L'actuel briefing met en contexte les questions clés qui seront discutées lors de la troisième Réunion des Parties du Protocole de la Biosecurité de Cartagena (MOP appelé 3), qui aura lieu entre le 13 et le 17 mars au Brésil.

 

Rapport:  A qui profitent les cultures OGM

Briefing de l'OMC: "Chercher derrière le tournoueiment des États-Unis" la gouvernance de l'OMC n'empêche pas les pays de limiter ou d'interdire les OGM.


2. Qu´est ce que le protocole de la biosécurité
Le Protocole de la biosécurité vise à protéger les citoyens du monde entier contre les risques potentiels dérivés des OGM en:

  • Réglementant les mouvements transfrontières des   OGM
  • La mise en œuvre des règles de responsabilité en cas de dommages causés par des OGM.


Le protocole est le premier accord international qui montre clairement que les OGM sont différents des organismes classiques et nécessitent donc un traitement différent.

Le protocole de la biosécurité est un accord des Nations unies adopté en 2000 à Montréal, au Canada, qui vise à protéger l'environnement contre les risques potentiels des OGM. Il est devenu loi le 11 septembre 2003 et en mars 2005, plus de 130 pays à travers le monde ont ratifiés ce traité.


3. Rencontre des parties

Kuala Lumpur, Malaisie 2004
Après que le Protocole de la Biosécurité  est entré en vigueur , les Parties se réunissent pour prendre des décisions cruciales pour renforcer les contrôles sur le système mondial des échanges sur les OGM. La première réunion a eu lieu en février 2004, des négociations sur des mesures supplémentaires ont eu lieu à la Convention sur la diversité biologique, qui s'est tenue à Kuala Lumpur, en Malaisie.

Les Amis de la Terre International a fait campagne en Malaisie pour empêcher la Coalition des Etats-Unis pour saper le Protocole de la biosécurité, et pour des règles détaillées relatives à l'identification, l'étiquetage et la responsabilité sur les OGM.

Ne laissez pas la Coalition US  édulcorer le Protocole sur la biosécurité en fois de plus! (PDF)
La bataille mondiale pour la Biosécurité

Malgré les pressions de l'industrie biotechnologique, les résultats ont été très positifs. Les Amis de la Terre se félicite de la conclusion de la première réunion des parties au protocole de Cartagena comme un important pas en avant pour la protection des consommateurs, les agriculteurs et l'environnement contre les dangers des OGM.


Montréal, Canada 2005
Montréal a accueilli la deuxième Réunion des Parties (RdP) du Protocole sur la biosécurité, entre le 30 mai et le 3 juin 2005. Les Parties au Protocole ont négocié une décision sur les moyens d'identifier les organismes génétiquement modifiés (OGM) pour l'alimentation humaine et animale ou la transformation. La contamination OGM aujourd'hui est l'une des principales menaces pour la  biosécurité du monde entier. La question de l'identification de l'envoi d'OGM pour l'alimentation humaine et animale et de traitement donnerait un signal pour savoir si nous nous acheminons vers un monde où la contamination OGM devient l'exception ou la règle.

En savoir plus sur les activités de les Amis de la Terre International au cours de la réunion.

Plus d'informations
Pour en savoir plus, allez sur le site web de la Convention sur la diversité biologique

Actions sur le document