Soutenez-nous

Faire un don

Notre lettre d'information

Abonnez-vous

Contactez-nous

Par email

Par la poste

Suivez-nous ...

Twitter realfacebook Google+
flickr badgeyou-tube

 

 
Vous êtes ici : Accueil / Qui sommes-nous / focus / l'opinion d'acteurs locaux en afrique du sud

l'opinion d'acteurs locaux en afrique du sud

"Lorsque nous respirons l'air de la liberté, nous ne voulons pas être asphyxiés par des fumées cachées", propos de Judge Albie Sachs de la Cour Constitutionnelle d'Afrique du Sud. Cependant, dans l'Afrique du Sud post-Apartheid, ces fumées cachées - résultats des mauvaises pratiques des multinationales - continuent de briser la vie d'un grand nombre. David commence à s'attaquer à Goliath, cependant. Des organisations de justice environnementale locales, qui travaillent étroitement avec Friends of the Earth Afrique du Sud (aka groundWork), tiennent de plus en plus, et avec succès, les gouvernements et les multinationales responsables. Desmond D'Sa de l'Alliance Environnementale de la Communauté de Durban Sud (SDCEA) et Caroline Ntaopane de l'Alliance de Justice Environnementale du Vaal (VEJA) expliquent ce que les communautés qui se concertent peuvent accomplir.

l'opinion d'acteurs locaux...d'afrique du sud...


nous vous présentons desmond d'sa

Nom:Desmond D’Sa
Rôle:
Coordinateur et porte-parole de SDCEA
Expérience: Plus de 24 ans dans le textile et l'industrie chimique auprès des plus grandes multinationales; travail à l'étude des procédés et ensuite aux normes de santé et de sécurités, responsable des problèmes environnementaux.

 

Desmond D'sa photoJ'ai été impliquée avec l'Alliance Environnementale de la Communauté de Durban Sud depuis sa création en 1995, lorsqu'elle fut établie comme la première organisation communautaire multi-raciale ayant pour objectif de traiter les problèmes de justice environnementale d'Afrique du Sud.

Nous participons également à la procédure d'autorisation des industries de Durban Sud et avons contribué à l'élaboration du nouvel acte national sur la qualité de l'air. Nous donnons notre avis concernant la législation environnementale en cours - et l'abrogation de lois introduites sous l'ancien régime apartheid.

Mon rôle est de représenter l'organisation auprès du publique. Je travaille étroitement avec les média et apporte des commentaires sur les évaluations de l'impacte environnemental. Je prends également part aux campagnes qui visent à préserver les pêcheurs, agriculteurs et des résidents locaux.

Nous employons actuellement trois personnes à temps plein et avons également deux stagiaires à l'SDCEA. Toutes les décisions politiques sont votées par un comité qui comprend 32 membres qui représentent 16 organisations régionales. Ils apportent tous leurs connaissances à nos réunions et ateliers.

L'un de nos objectifs principaux est de protéger l'espace communautaire contre le développement économique implacable et souvent très nuisible. Nous organisons des ateliers et avons interrogé tous les membres de la communauté sur leurs espoirs et inquiétudes pour la région de Durban Sud. Les résultats finaux seront publiés début 2008 et seront utilisés comme outil de soutien et de pression pour améliorer les conditions de vie des habitants de la région.

Nous travaillons également à un projet d'envergure pour contrôler la pollution dans la région de Durban Sud. Cela va nous permettre de dresser les plans de toute l'expansion industrielle et d'en informer un publique large. Tout incident résultant en émanations toxiques dans l'atmosphère est rapporté au gouvernement et à la communauté, et tous risques pour la santé sont clairement soulignés. En même temps, nous développons un plan d'urgence et d'évacuation en cas d'incendie, explosion ou fuite de gaz - un travail qui aurait dû être entrepris par le gouvernement local.

éducation, éducation

 L'éducation de nos communautés - quel que soit leur âge - est une partie essentielle de notre travail. Nous travaillons en étroite relation avec des enseignants, étudiants et autres institutions et développons une grande variété de matériels éducatifs. Nous avons également lancé un nombre de campagnes d'information sur les déchets, le nettoyage des parcs et la protection des plantes et fleurs indigènes.

Nous menons également des campagnes d'information en faisant régulièrement paraitre des articles dans les journaux locaux et nationaux et en distribuant 4 fois par an des milliers de copies de la newsletter de l'SDCEA .

Ca vaut la peine

Un des projets que j'ai trouvé particulièrement efficace est le travail que nous avons fait pour comparer les performances environnementales des raffineries de Durban Sud avec celles du Danemarque. Les différences trouvées ont montré à quel point les corporations multinationales considèrent comme bon marché la vies des Sud-Africains. Elles opèrent dans un mécanisme où il y a très peu de législation et se sentent depuis longtemps libres de décharger, sans répercussion, leur poison toxique juste en dehors des raffineries - là où vivent nos communautés.

Notre projet sur la qualité de l'air a également été très efficace. Il nous a permis de comprendre clairement, pour la première fois, quels sont les produits chimiques que nous inhalons et l'impact que cela a sur notre santé et notre bien-être.

La communauté comprend maintenant qu'elle a une voix collective au sein de SDCEA et que l'organisation est prêtre à prendre action face à ses défis. Je voudrai voir les maladies telles que le cancer, l'asthme et la leucémie réduire suite au retrait des polluants toxiques de l'air que nous respirons.

les hauts...

 "Obtenir que les multinationales nettoient leur désordre me donne une très grande satisfaction personnelle. L'SDCEA a énormément aidé en apportant l'évidence nécessaire pour persuader le gouvernement à introduire de nouvelles législations environnementales à l'intérieur de notre constitution nationale progressive. Voir que les niveaux de produits chimiques toxiques tels que le soufre ont diminué suite à notre campagne est une récompense incroyable."

et les bas...

Nous avons besoin de soutien international continu pour nos campagnes contre les multinationales. Nous manquons malheureusement de soutien légal pour pouvoir amener ces entreprises devant la justice sud-africaine. Ceci est d'autant plus frustrant que nous vivons dans un monde où le développement économique à tout prix domine, même s'il menace de détruire les générations futures. Et il n'y a aucun doute que le 'développement sale' se déplace du nord au sud du fait de l'abondance d'eau et d'électricité à très bon marché ici. Dans la plupart des cas, ces entreprises polluantes sont implantées à proximité des populations noires pauvres."

 

...et caroline ntaopane

 

Nom: Caroline Ntaopane
Age
: 29
Rôle chez Vaal Environmental Justice Alliance
: coordinatrice
Education
: Certificat en droit de l'environnement et gestion de l'environnement et stratégies et risques du changement climatique à l'université Northwest.  A étudié la communication et les risques du changement climatique à Mineral Energy Education Training Institution.
Entrée en relation avec VEJA
: à travers de projets avec des communautés.

caroline Ntaopane"L'alliance pour la justice environnementale Vaal a été lancée en octobre 2005. Nous avons pris l'alliance environnementale de la communauté de Durban Sud comme modèle; elle était déjà en opération depuis une dizaine d'années. L'objectif était d'assurer la justice environnementale et sociale pour tous les résidents locaux - de protéger nos droits, qu'ils soient inclus dans la déclaration de droits sud-africaine - pour faire face  à la pollution et aux négligences répandues des multinationales. 

Le triangle du Vaal est situé au sud de Johannesbourg et est l'un des pôles chimiques les plus importants du pays. De nombreuses aciéries s'y trouvent également. En créant VEJA, nous avons voulu pourvoir une voix unifiée et coordonnée aux nombreuses organisations environnementales de la région. L'alliance représente maintenant 15 organisations environnementales, communautaires et du travail. Elles travaillent ensemble pour résoudre les dommages créés par les grandes entreprises telles que Mittal Steel, Sasol, Samancor et Eskom. Depuis longtemps ces entreprises ont pu polluer l'air local et l'eau avec impunité, de la sorte détruisant ou menaçant de détruire les communautés locales de la région.  Le gouvernement a déclaré que le Vaal était un point névralgique de pollution - mais n'a pas encore implémenté de législation pour protéger les habitants.

passer le mot

Je porte un intérêt personnel aux problèmes environnementaux qui affectent le triangle du Vaal. J'habite à Sasolbourg, à environ 100 mètres d'une usine de produits chimiques et expérience tout, depuis la fumée qui monte dans l'air, les rangés de flammes, les vibrations sous mes pieds et les odeurs de produits chimiques qui m'assaillent constamment. Plusieurs membres de ma famille ont des problèmes respiratoires liés à la pollution. Le tournant pour moi fût lorsque j'ai visité les US en 2002 et ai réalisé que bien que la pollution affecte tout le monde - riches ou pauvres, noirs ou blancs - elle affecte la communauté noire désavantagée d'Afrique du Sud plus que quiconque.
J'ai commencé à faire des campagnes pour l'environnement en 2001. J'ai travaillé en tant que bénévole pour plusieurs organisations, telles que le Comité Environnemental Africain de Sasolburg et le Congrès National. En 2003, j'ai lancé le Comité de Surveillance de la Qualité de l'Air de Sasolburg et un an plus tard travaillé pour le Groupe pour la Surveillance Environnementale (GEM), l'une des organisations environnementales les plus importantes d'Afrique du Sud. J'étais aussi présidente du Conseil Sud-Africain pour le Changement Climatique.
Dans mon rôle de coordinatrice pour VEJA, j'organise des réunions et des ateliers, communique avec nos membres et représente l'organisation. Tant que nous n'avons pas les fonds pour employer quelqu'un pour le faire, je m'occupe également de l'administration - les membres du comité aident fréquemment également.

des ambitions variées

 VEJA a plusieurs objectifs. Nous voulons promouvoir une culture de prise de conscience environnementale et de développement durable; fournir un réseau de soutien local aux organisations communautaires; aider les gens à comprendre la corrélation entre les différents facteurs sociaux, politiques, environnementaux, économiques qui doivent être considérés pour créer une société juste qui utilise les ressources naturelles avec sagesse; s'engager avec les gouvernements locaux et régionaux, les industries et les communautés pour promouvoir un environnement sain, sûr et durable.

Nous avons crée quatre équipes qui se concentrent sur un problème spécifique: qualité de l'air (comprenant des formations pour apprendre à identifier les différentes odeurs), qualité de l'eau, gestion des déchets et santé des travailleurs. Les équipes se sont donnés des objectifs précis dans chacun des domaines - et leur travail est de déterminer quelles sont les obligations légales des entreprises et de surveiller la situation sur le terrain. Nous préconisons un système à trois parties où le pollueur paye pour le contrôle, le procédé est pris en charge par l'état et les organisations communautaires surveillent le procédé dans son intégralité.

VEJA participe régulièrement à des forums régionaux et aide à promouvoir les interactions inter communautaires et le partage des idées et des meilleures pratiques. Nous organisons de nombreuses campagnes de prise de conscience et maintenons un profile haut dans les media. Nous sommes aussi en contact régulier avec le gouvernement local. Un grand nombre de plateformes ont été créées par l'industrie et par le gouvernement local, ce qui prête à confusion. Elles doivent être profilées afin d'éviter de permettre aux entreprises de proclamer qu'elles ont 'consulté' les autorités alors qu'elles ne l'ont pas fait.

pouvoir féminin

Je souhaite réellement voir des changements - je crois que j'ai l'expérience, la passion et les capacités pour amener ce changement. Je vais maintenant porter mon attention sur les femmes. J'ai besoin qu'elles s'impliquent - même si nombre d'entre elles continuent à penser que c'est un métier d'homme. J'essaie de leur démontrer que ce n'est pas le cas.

les hauts...

Depuis ses débuts, VEJA a déjà réalisé énormément en terme de campagnes de prise de conscience et a montré les dommages générés par les grands pollueurs dans notre région. La création des quatre équipes est un grand pas en avant.

les bas...

Nous n'avons pas beaucoup de temps et peu de ressources. Parfois nous avons l'impression de nous battre contre des obstacles gigantesques et de n'arriver nulle part. Mais je sais que nous faisons une différence.

Actions sur le document