En 2014, une victoire populaire a été célébrée au HCDH de l’ONU : le vote de la Résolution 26/9 créait un nouveau Groupe de travail intergouvernemental (GTI) chargé d’élaborer un instrument international ayant force obligatoire destiné à réglementer les sociétés transnationales (STN) et autres entreprises en ce qui concerne les droits de l’homme.

A la sixième session du Groupe de travail intergouvernemental, tenue du 26 au 30 octobre 2020 (virtuel et présentiel à Genève), les négociations se poursuivaient sur la base de la 2ième version révisée en 2020, la version révisée en 2019, d’un avant-projet publié en 2018, d’un document analytique présenté en 2017 en plus des résultats des trois sessions précédentes.

Une fois de plus, les mouvements sociaux ont préparé en parallèle une semaine de mobilisation virtuelle, précédée d’activités de plaidoyer dans les capitales du monde et au niveau régional ainsi qu’en ligne, dirigées par les organisations membres des Amis de la Terre et leurs alliés.

Joignez-vous à nous dans ce processus historique pour mettre fin à l’impunité des grandes entreprises, lorsque leurs actions à l’étranger aboutissent à des violations des droits humains et à des crimes écologiques qui restent impunis.

De façon systématique, les entreprises font passer leurs profits économiques avant l’environnement et les droits humains. De nombreuses STN sont plus riches et plus puissantes que les États qui devraient les réglementer dans l’intérêt général. Beaucoup de STN sont plus riches et puissantes que les États qui essaient de les réglementer. Trop souvent, elles s’emparent des espaces de décision politique, comme les négociations de l’ONU, et obtiennent ainsi que les politiques environnementales s’adaptent à leurs intérêts. Les transnationales sont très bien protégées et il est rare qu’elles soient tenues pour responsables de leurs abus. Nous avons besoin d’un traité obligatoire qui fraye la voie pour que les victimes obtiennent justice et que les coupables répondent de leurs actes. Compter sur les transnationales pour qu’elles fixent leurs propres règles ne sert strictement à rien.

La solution ? Des droits pour les gens, des règles pour les entreprises.

« C’est le moment d’avoir un instrument juridiquement contraignant qui permette de contrôler les sociétés transnationales en matière de droits humains. Un traité qui donne aux victimes des abus des entreprises la possibilité d’accéder à la justice, et qui mette en échec le pouvoir économique et politique des STN. »

Lucia Ortiz, Amis de la Terre International.

Avec cette boîte à outils digitale destinée aux militants, les Amis de la Terre International mettent à la disposition de leurs organisations membres, leurs alliés, les organisations de la société civile et le public intéressé des moyens pour agir. Rejoignez-nous dans nos campagnes de mobilisation et de plaidoyer en faveur d’un traité contraignant pour mettre fin à l’impunité des entreprises et demander des comptes aux STN pour les violations en matière de droits humains.

SITES WEB D’ORGANISATIONS ALLIÉES TRAVAILLANT SUR LE TRAITÉ DES NATIONS UNIES :
Treaty Alliance
La Campagne mondiale pour démanteler le pouvoir des multinationales