Dimanche 15 décembre, Madrid, Espagne: les négociations de la CdP25 se sont terminées à Madrid, après une prolongation.

Sara Shaw, coordinatrice du programme justice climatique et énergie des Amis de la Terre International, a commenté :

« La bonne nouvelle pour les populations du Sud, pour les peuples autochtones et pour le climat c’est qu’il n’y a eu à Madrid aucun accord sur l’échange d’émissions. Et ce, malgré les tentatives de dernière minute des pays développés et d’une poignée de grands pays en développement de faire passer un accord destructeur qui aurait inondé le système de vieux crédits carbone et frayé le chemin à de nouveaux mécanismes d’échange. C’est une petite victoire ; un combat encore plus acharné nous attend à la CdP26 l’année prochaine. »

« La mauvaise nouvelle c’est pratiquement tout le reste : il n’y aura pas de financements nouveaux pour les pertes et préjudices des pays en développement durement frappés par le changement climatique, et il n’y a aucune disposition non plus sur le financement à long terme de l’action climatique. »

En ce qui concerne les pertes et préjudices des pays déjà victimes du changement climatique, rien de nouveau, sauf la création d’un groupe d’experts et la décision d’établir le ‘Réseau de Santiago’.  Point d’accord non plus sur la gouvernance du Mécanisme international de Varsovie. Les tentatives des États-Unis d’ajouter du texte pour éliminer toute référence à la responsabilité n’ont pas abouti, pour l’instant.

Sara Shaw a ajouté :

« Dans les rues du Chili et de Madrid nous avons vu des milliers de personnes marcher pour la justice climatique, en une explosion du pouvoir populaire. Pendant la CdP25, des centaines d’entre nous avons organisé une action pacifique à l’intérieur des locaux, pour manifester notre frustration face au manque d’action. Cette manifestation a été arrêtée avec agressivité et nous avons étés expulsés du bâtiment. Pourtant, ce sont les gros pollueurs qu’il faudrait expulser, pas nous. »

« Nous continuerons de nous ranger aux côtés des peuples autochtones, des paysans, des pêcheurs, des femmes et des populations dont la vie est déjà dévastée par le changement climatique et qui sont en train de perdre l’espoir que les pourparlers internationaux sur le climat leur rendent justice. »

Contact :

Sara Shaw / +44 7974 008270 / sara.shaw@foe.co.uk

Dipti Bhatnagar / +258 84 035 6599 / dipti@foei.org

Questions générales / press@foei.org

Image: © Victor Barro/Amigos de la Tierra