Evgeny Vitishko purge une peine de trois ans dans un établissement de colonie pénitentiaire dans la région de Tambov. En 2012, il a été condamné conditionnellement à trois ans pour avoir “abîmé” et installé illégalement une barrière appartenant au gouverneur de la province de Krasnodar, Alexandr Tkachev. Cette peine conditionnelle a été changée en réel emprisonnement en décembre 2013 par le tribunal de la ville de Tuapse. Le 12 février 2014, la décision du tribunal est entrée en vigueur et le 18 février 2014 – en plein milieu des jeux olympiques d’hiver de Sochi de 2014 – Vitishko a été envoyé dans un établissement de colonie pénitentiaire. Peu après, Vitishko a été reconnu en tant que prisonnier politique par le célèbre “Mémorial”, centre des droits humains russe, et en tant que prisonnier d’opinion par Amnesty International.

L’Union socio-écologique russe/les Amis de la Terre Russie appellent à des actions de solidarité au nom du prisonnier Evgeny Vitishko, pour avoir défendu l’environnement. Celui-ci est membre du Conseil de surveillance de l’environnement de la région du Caucase du Nord (EWNC) – une organisation membre du groupe régional de l’Union russe socio-écologique (RSEU).

L’une des raisons possibles de la poursuite pourrait être le rapport préparé par EWNC: “Sochi 2014: dix ans sans droit à la loi. Comment construire un “meilleur monde”. Le rapport a été la culmination de dix ans de travail par les activistes de la protection environnementale Evgeny Vitishko, Dmitry Shevchenko et Suren Ghazaryan. Il contient une chronique de la construction des  installations olympiques de Sochi et de ses conséquences négatives pour l’environnement.

L’Union socio-écologique russe/Les Amis de la Terre Russie et le Conseil de surveillance de l’environnement de la région du Caucase du Nord (EWNC) appellent tous leurs membres, organisations, amis, collègues, supporters ainsi que tous les personnes concernées dans le monde à se joindre à leur action.

Une série de démonstrations, d’événements informels et d’actions en ligne sont planifiés, en Russie et dans le monde entier. Tout le monde peut aussi participer en tant qu’individu en signant la pétition et en envoyant une lettre à Evgeny (en russe), en partageant l’histoire d’Evgeny avec vos amis et collègues via les média sociaux et/ou en prenant une photo de vous-même avec un poster et en le partageant en ligne.

L’union socio-écologique russe/les Amis de la Terre Russie est le plus grand réseau russe d’ONG régionales et locales, unissant des organisations non-gouvernementales afin de défendre et de protéger l’environnement russe depuis 23 ans.

Plus d’information.

Déclaration de RSEU au sujet de la peine d’Evgeny Vitishko.

Le rapport d’EWNC sur la destruction de la nature, « Sochi 2014: dix ans sans droit à la loi. Comment construire un “meilleur monde”.

Davantage d’informations sur la persécution d’Evgeny Vitishko (en Russe).

CONTACTS:

+7 905 294 1063, vitservetnik@kec.org.ru – Vitaly Servetnik, Union socio-écologique russe/ les Amis de la Terre Russie

+7 918 211 2544, envwnc@gmail.com – Dmitry Shevchenko, Conseil de surveillance de l’environnement de la région du Caucase du Nord.

Historique

Le 13 novembre 2011, le groupe activiste de surveillance de l’environnement de la région du Caucase du Nord a fait une inspection publique de la forêt adjacente à la propriété du chef de l’administration du territoire Krasnodar, Alexander Tkachev. Afin de mener cette inspection, les activistes ont du démanteler une section de la barrière construite illégalement autour de la résidence, sur les terres de la réserve forestière de l’État. Durant l’inspection, il a été établi qu’afin de construire la barrière, des dizaines d’arbres, dont le pin Pitsynda, répertorié dans le Livre Rouge de la Russie (un document d’État détaillant les espèces de flore et de faune rares et en danger) avait été coupé. L’abattage illégal d’arbres répertoriés dans le Livre Rouge est une offense criminelle. Il a également été établi que du travail illégal avait été fait sur les côtes publiques de la Mer noire, qui sont maintenant bloquées par un mur en béton solide.

En relation avec les violations des droits des citoyens garantis par le Code de l’eau et de la forêt pendant la construction de la résidence Tkachev, le groupe de surveillance de l’environnement Environmental Watch a fait plusieurs appels aux autorités de renforcement du droit du territoire de Krasnodar en 2011. Qui plus est, deux lettres décrivant les violations, en Juin et Août de cette année, ont été données en personne au Président russe Dmitry Medvedev. Néanmoins, les autorités de renforcement du droit n’ont entrepris aucune action contre les propriétaires de la résidence. Au contraire, ils ont commencé à poursuivre les activistes de la société civile.

Evgeny Vitishko a été reconnu en tant que prisonnier politique du Centre des droits humains « Mémorial » le 13 février 2014, car la poursuite inculpera Vitishko d’un délit qui n’a pas été commis. Ceci est en violation avec le droit d’un jugement équitable et démontre l’utilisation d’une punition disproportionnée.

L’organisme de surveillance de l’environnement de la région du Caucase du Nord, Environmental Watch, a souligné de manière répétée que la poursuite de Vitishko pour l’endommagement de la barrière était motivé par des raisons politiques et non-prouvé. Comme cela a été remarqué par la cour suprême russe dans son jugement du 21 octobre 2013, pendant l’appel contre la condamnation, mettre des autocollants sur une barrière illégale dans la forêt ne peut être considéré comme un acte d’hooliganisme, et par ailleurs il n’y a aucune preuve que le propriétaire ait souffert de dommages considérables.

La raison formelle de la fin de la liberté conditionnelle était une violation présumée de Vitishko des conditions de restrictions qui lui avaient été imposées. Mais ces soi-disantes violations sont ridicules. Les déclarations de poursuite étaient au nombre de trois. La notification de la première lui a été remise quand Vitishko est allé à Krymsk pour une campagne d’élection, et une notification anticipée de l’inspection a été donnée. La deuxième notification a été remise quand Vitishko est apparu pour son inspection programmée, qui n’était pas le jour qu’on lui avait demandé de venir. Une troisième notification a été remise lors de la visite de Vitishko à Krasnodar. Afin de rassembler suffisamment de preuves pour emprisonner Vitishko, il a été gardé sous surveillance constante par les autorités. Ses téléphones étaient mis sous écoute et ses déplacements suivis grâce aux factures de son téléphone mobile.

Le Comité International Olympique (CIO) refuse de voir le cas de Vitishko en relation avec Sochi. Le CIO a par conséquent laissé tomber sa responsabilité dans la persécution de Vitishko, et révélé que ses fonctionnaires n’avaient pas la compétence de commenter publiquement ce problème.
L’organisme de surveillance de l’environnement de la région du Caucase du Nord pense que cela pourrait être en violation avec la charte du CIO.