Une fois de plus, le pouvoir de la solidarité internationale a contribué à la libération des activistes soutenant la lutte mondiale pour la souveraineté minière populaire et les droits humains fondamentaux. 24 militants de huit pays, dont l’Amérique latine, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe, ont été arrêtés à Marange, au Zimbabwe, le 10 novembre 2017 alors qu’ils visitaient une zone d’extraction de diamants. Cet incident est un autre exemple douloureux de violations des droits de l’homme perpétrées par des États et des sociétés minières du monde entier. Il témoigne également de la force et de l’importance du réseau de solidarité qui unit les peuples du monde défendant les territoires et les droits collectifs.

L’histoire de l’extraction de diamants ne peut être décrite que comme sanglante. Et l’extraction de diamants au Zimbabwe ne fait pas exception. En 2001, des diamants ont été découverts dans la région de Marange dans l’est du Zimbabwe. Depuis lors, ces champs de diamants ont été assaillis par des conflits, des effusions de sang, des travaux forcés et des répressions gouvernementales. Selon un expert de l’industrie, la zone diamantifère de Marange est le plus riche champ de diamants jamais vu. Non seulement les communautés locales voient-elles très peu les avantages de cette ressource naturelle sur leurs terres, mais elles en souffrent énormément.

Il s’agit malheureusement d’un exemple classique de ressources naturelles captées et contrôlées par les entreprises et l’État, au détriment des peuples, de leurs terres, de leur patrimoine, de leurs moyens de subsistance, de leurs traditions et de leur bien-être. L’histoire minière du Zimbabwe est un autre exemple de la raison pour laquelle nous avons besoin d’un traité juridiquement contraignant pour mettre fin aux violations des droits de l’homme par les entreprises et les États

De Beers détenait des droits d’exploration sur les gisements diamantifères de Marange jusqu’à leur expiration en 2006 et African Consolidated Resources (ACR) a repris les droits. En juin 2006, le gouvernement zimbabwéen, informé d’une découverte de diamants, a déclaré que les champs de diamants étaient ouverts à tous; la ruée vers le diamant a commencé. C’est à ce moment que l’exploitation minière artisanale a également explosé dans un pays poussé au bord de l’effondrement de son économie.

« Des gens de tout le Zimbabwe se sont rassemblés à Marange pour chercher des diamants alors que l’économie du pays s’effondrait. Le gouvernement a répondu par une répression militaire brutale, laissant des centaines de mineurs morts. « 

Global Witness « Retour du diamant du sang« 

Dans les dernières étapes de 2006, le gouvernement a tenté de nettoyer la ruée vers les diamants, dans un affichage choquant de la persécution par l’État de ses peuples. D’abord, la Zimbabwe Mining Development Corporation (ZMDC), détenue par l’État, a obtenu les droits exclusifs sur les champs de diamants, puis, en novembre, l’État a lancé l’opération Chirorokoza Chapera (Fin à la pêche illégale). Environ 9 000 mineurs Marange ont été arrêtés dans une «opération marquée par des violations des droits de l’homme, la corruption, l’extorsion et la contrebande».

Ce qui a suivi a été deux années de meurtres, d’abus sexuels, d’exploitation et de violations des droits de l’homme. Finalement, la force de défense du Zimbabwe a été déployée et « tout l’enfer s’est déchaîné après cela« .

« 2008 a connu un massacre de plus de 200 creuseurs de diamants artisanaux et la torture de milliers par les forces militaires. »

Moral Clarity and the Diamond Industry, Martin Rapaport, 2013

Dans un exemple des abus subis par les Zimbabwéens, John Gwite a expliqué au Zimbabwe Independent comment quatre d’entre eux nettoyaient leur communauté bien près de la concession minière de Mbada à Marange, quand ils ont été accostés.

« Les gardes de sécurité de Mbada, qui nous connaissaient si bien, nous ont alors approchés et nous ont accusés d’essayer d’extraire des diamants dans leur concession alors qu’il était clair que nous nettoyions un puits. On nous a fait ramper et nous avons marché sur le trottoir de béton pendant une longue distance. Dans le processus, nous avons été battus par des soldats à la base qui se sont relayés pour attaquer tous nos corps, y compris les colonnes vertébrales, alors que nous étions allongés sur le ventre. Ils se sont concentrés sur nous taper sur les colonnes vertébrales. « 

Comme c’est souvent le cas lorsque l’État et les entreprises ont la mainmise sur les ressources naturelles, les abus ne s’arrêtent pas au physique. Tous les droits des personnes sont menacés – moyens de subsistance, foyers, terres ancestrales volées aux populations,

« A Chiadzwa, des milliers de villageois ont été expulsés et des compensations leur ont été promises, mais seulement quelques-uns ont eu des maisons à Arda Transau alors que les autres sont toujours dans la pauvreté. »

Zimbabwe Independent, Sept 2017

 La répression de Chiadzwa a été commémorée en 2016 pas seulement comme un rappel de ce qui s’est passé, mais comme

« un avertissement sur ce que la force combinée des industries extractives et de l’Etat peut faire dans la poursuite de la richesse. Nous disons que ce qui s’est passé à Marange peut arriver n’importe où. C’est aussi un avertissement à ceux qui ont commis ces atrocités que nous n’avons pas oublié, et un jour le long bras de la loi les rattrapera. C’est un appel à la justice. « 

Amandla! Issue No.48  Oct/Nov 2016

Une grande partie de la couverture de ces événements omet la voix la plus importante – celle des gens.

« Chaque jour, Chiadzwa a attiré des milliers de Zimbabwéens appauvris mais entreprenants qui essayaient de gagner leur vie grâce à l’extraction du diamant à la batée. Leur seul crime était la falsification  de la richesse qui «appartient» à Mugabe et à ses kleptocrates.

En 2009, une mission d’examen du Processus de Kimberley (KP) s’est rendue dans la région, et les investisseurs privés Mbada Diamonds et Canadile Miners ont confié la gestion des ressources diamantifères à Marange. En août 2010, la première vente des ébauches de Marange a été approuvée par KP. Cependant, au cours de cette période, le ministre des mines a été arrêté et les violations des droits de l’homme se sont poursuivies sans relâche. C’était comme d’habitude pour l’impunité des entreprises et des États. Le processus de Kimberly n’a pas réussi à rendre justice au peuple et à rendre des comptes au gouvernement.

« Le pays a été systématiquement pillé par une clique organisée de politiciens cupides, de soldats et de requins sans scrupules qui deviendront riches au détriment de la majorité pauvre qui devrait bénéficier de la ressource nationale ».

Zimbabwe Independent 19 mars 2010

Une grande partie de la solution pour toute communauté luttant pour ses droits, sa terre, sa vie est la solidarité et le partage des connaissances, de l’expérience et de la tactique. La semaine dernière, un groupe de militants luttant pour la souveraineté populaire dans les mines a participé à une mission de solidarité internationale auprès des communautés touchées par l’exploitation minière au Zimbabwe, organisée par le Réseau Dialogue avec les Peuples et accueillie par le Centre pour la Gouvernance des ressources naturelles (CNRG) en commémoration du 9ème anniversaire du massacre des champs de diamants de Marange. Plus de 2000 personnes ont assisté à l’événement en mémoire de plus de 200 mineurs et membres de la communauté qui ont été brutalement tués au cours de l’Opération Hakudzokwi (Opération Non-retour). Le but de la réunion était de «recueillir l’opinion de la communauté sur l’impact de l’exploitation minière et présenter une pétition pour exiger le développement dans la région en utilisant les produits des diamants».

Mais comme la réunion a commencé le 10 novembre, la police de Marange a immédiatement arrêté tous les étrangers, les emprisonnant au bureau central de la police de Mutare. Au total, 24 personnes ont été arrêtées, dont les activistes brésiliens Frei Rodrigo Peret, un militant de la Commission pastorale des terres d’Uberlandia, État de Minas Gerais, Maria Julia Gomes Andrade et Jarbas Vieira, les deux derniers membres du Mouvement des Personnes Affectées par l’Exploitation Minière (MAM) et des membres du secrétariat du Comité de la Défense des Territoires faisant face à l’Exploitation Minière.

Nos camarades reprennent l’histoire à ce stade;

« Pour notre libération, la pression internationale et le soutien de nombreuses organisations qui étaient favorables à la situation étaient fondamentaux. Nous soulignons le travail des avocats zimbabwéens pour les droits de l’homme, qui se sont mobilisés dès le début et ont accompagné tout le groupe tout au long du processus. Nous soulignons également la performance de l’ambassade du Brésil au Zimbabwe, qui a beaucoup contribué à la médiation. »

L’activiste et les leaders du mouvement social récemment libérés ont réaffirmé la nécessité de rester vigilants jusqu’à ce que tout le monde rentre sain et sauf dans leur pays d’origine, ainsi que la nécessité de continuer le soutien et la solidarité pour les communautés affectées au Zimbabwe.

L’étau  se resserre sur le pouvoir des entreprises en Afrique australe avec la mise en place d’un Tribunal de l’Afrique Australe sur les Sociétés Transnationales qui a eu lieu en 2016 et de nouveau en 2017, comme l’explique Anabela Lemos de JA!

« Au cours des deux sessions du Tribunal Permanent des Peuples sur les Sociétés Transnationales d’Afrique Australe, en 2016 et 2017, la population a présenté 17 cas de violations et crimes graves contre les  droits de l’homme, où des sociétés ont violé la terre et pris nos ressources naturelles en toute impunité. La déclaration des jurés a été unanime en affirmant que cela est dû au développement actuel axé sur les sociétés de la SADC et aux politiques économiques gouvernementales soutenues par une militarisation accrue, où les profits sont plus importants que les gens. Malheureusement, ce sont ces mêmes gouvernements qui ont signé La Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples  » qui va à l’encontre de tout ce qui se passe aujourd’hui.

Porter ces cas au TPP a renforcé nos luttes contre l’impunité des entreprises, que ce soit l’exploitation minière, les mégadams, l’agro-industrie, le pétrole ou le gaz. C’est une lutte de peuples qui s’opposent à tout contrôle corporatif et qui défendent notre vie, nos territoires et nos biens communs.

En effet, la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, «instrument international des droits de l’homme visant à promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales sur le continent africain», déclare catégoriquement: «Tous les peuples disposent librement de leurs richesses et ressources naturelles.  Ce droit doit être exercé dans l’intérêt exclusif du peuple. En aucun cas un peuple n’en sera privé. En cas de spoliation, les personnes dépossédées ont droit au recouvrement légal de leurs biens ainsi qu’à une indemnisation adéquate. « 

Dans le cas des mineurs artisanaux au Zimbabwe, l’Etat et les entreprises négligent ouvertement cette charte.

« Les mineurs artisanaux et leurs communautés continuent d’être harcelés et torturés, l’argent continue d’être pillé, le travail forcé continue, et les rivières deviennent plus sales et plus sales » 

Amandla! Issue No.48  oct/Nov 2016

En Septembre 2017, le Zimbabwe Independent a averti de nouvelles expulsions de terres,

« Nous sommes sur le terrain et nous aidons les villageois à faire des considérations sérieuses avant qu’ils ne se retrouvent sans abri. Ils peuvent bloquer le processus maintenant parce que nous nous dirigeons vers des élections, mais peu de temps après les élections, des bulldozers seront déployés à Tsvingwe avec des soldats armés de mitrailleurs qui formeront la première équipe. Tsvingwe sera une autre Marange. Il y aura des pleurs et des grincements de dents. « 

Ces atrocités doivent cesser: les gens ne devraient pas avoir à pleurer et à grincer des dents pour protéger leurs droits humains et souverains. Un instrument international juridiquement contraignant pour contrôler les opérations commerciales transnationales est nécessaire pour mettre fin à ces violations des droits humains, lutter contre l’impunité des États et des entreprises et garantir le droit des peuples à l’autodétermination et à une vie digne dans un environnement durable.

Un tribunal international pour les sociétés transnationales et les droits de l’homme, préconisé par les Amis de la Terre International dans les négociations en cours au Conseil des droits de l’homme, pourrait permettre aux victimes d’abus commis par l’État et les entreprises d’accéder à la justice là où règnent la violence et l’impunité.

Le mouvement croissant visant à démanteler le pouvoir des entreprises et à mettre fin à l’impunité des sociétés transnationales garantit que les crimes de l’industrie minière ne passeront pas inaperçus et que les Zimbabwéens et le monde entier ne sont pas seuls à lutter pour la justice.

« Les Zimbabwéens doivent défendre leurs terres et leurs biens de leur vie contre cette activité criminelle la plus violente, grotesque, inhumaine et écologiquement catastrophique appelée l’exploitation minière. »

Farai Maguwu, directeur du Centre pour la gouvernance des ressources naturelles