Les Amis de la Terre International s’unissent aux Amis de la Terre Amérique Latine et Caraïbes (ATALC) pour dénoncer le meurtre de Jehry Rivera Rivera, leader autochtone de la communauté de Naso Bröran au Costa Rica, le 24 février 2020. Jehry Rivera défendait l’autonomie des populations autochtones contre des usurpateurs de terres et des projets d’extraction, tels que le projet de barrage hydroélectrique de « El Diquis » qui perturbait directement la vie de sa communauté.

Le 23 février 2020, les peuples autochtones ont publiquement alerté sur l’intrusion de groupes de personnes non autochtones armés et sur les tentatives d’intimidation des communautés de Palmira de Cabagra et Crun D’bonn, dans les terres autochtones de Térraba. Ces groupes non autochtones se sont également installés dans plusieurs zones du territoire autochtone. Aux côtés d’autres mouvements sociaux, les peuples autochtones ont donc alerté les pouvoirs publics, y compris les forces de police et le vice-ministère des Affaires politiques et du Dialogue public.

Malgré ces alertes, le gouvernement n’a apporté aucune réponse satisfaisante. Ce dernier n’a pas non plus appliqué les mesures conservatoires fixées par la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) le 30 avril 2015 (PM 321-12) pour la protection des territoires autochtones de Térraba et Salitre, la protection des vies des populations, et leur protection intégrale.

Le meurtre de Jehry succède à celui de Sergio Rojas Ortiz le 18 mars 2019. À l’époque, les peuples autochtones avaient également alerté les pouvoirs publics concernant des menaces de mort reçues par Sergio et d’autres personnes sur ce territoire. 

Les meurtres de Jehry Rivera et Sergio Rojas illustrent bien l’impuissance des peuples autochtones face aux attaques qu’ils subissent de façon quotidienne sur leurs territoires. Les peuples autochtones de tout le Costa Rica sont concernés.

Nous soutenons les peuples autochtones et les organisations de lutte sociale du Costa Rica qui appellent leur gouvernement à respecter la réaffirmation de leur autonomie territoriale et à mettre en œuvre les mesures conservatoires définies par la CIDH. Nous exhortons le gouvernement du Costa Rica à retrouver et à juger tous les responsables de ces deux crimes haineux. Nous souhaitons également signaler la multiplication des crimes à l’encontre des organisations autochtones (telles que le Front national des peuples autochtones) et les mouvements sociaux qui dénoncent ces attaques.

Nous pensons que ce n’est qu’en luttant contre l’impunité et en protégeant ardemment le droit des peuples autochtones à l’autodétermination au Costa Rica que nous empêcherons ce type d’attaques de se reproduire.

Nous appelons la communauté internationale, les mouvements sociaux et les organisations d’Amérique latine, des Caraïbes et du monde entier à dénoncer les meurtres de Sergio Rojas et Jehry Rivera. Nous restons attentifs aux injustices qui visent nos peuples et qui restent impunies.

Image : Radio Temblor