L’hydrogène est présentée comme une alternative « propre » aux combustibles fossiles, dans le cadre des efforts mondiaux visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à lutter contre les changements climatiques. Malgré l’éventail de couleurs proposé – de l’hydrogène gris à l’hydrogène rose en passant par l’hydrogène vert – en réalité, tous les types d’hydrogène sont coûteux, inefficaces et loin d’être une solution à faible teneur en carbone. Dans ce document de position, les Amis de la Terre International démystifient l’arc-en-ciel de l’hydrogène et les mythes qui entourent le rôle de l’hydrogène dans la transition énergétique équitable.

Encouragé par la même industrie fossile qui a engendré – et continue d’alimenter – la crise climatique, l’hydrogène n’est aujourd’hui rien d’autre qu’une fausse solution de plus, vantée par l’industrie comme étant un remède magique qui lui permet de continuer à pratiquer des activités polluantes comme si de rien n’était. Tout comme les autres fausses solutions, l’hydrogène représente une distraction dangereuse par rapport aux réductions d’émissions urgentes, profondes et véritables qui sont nécessaires pour faire face à la crise climatique.

L’hydrogène renforce encore l’industrie des combustibles fossiles et en particulier l’industrie du gaz fossile. Compte tenu des données probantes qui démontrent les effets désastreux du gaz fossile à l’échelle mondiale – depuis les impacts dévastateurs de la fracturation hydraulique en Colombie jusqu’au conflits et aux destructions actuellement en cours au Mozambique – il est clair que nous ne devrions pas investir dans une industrie qui détruit constamment nos communautés et notre climat. La crise climatique ne peut être résolue que par un changement systémique profond, en démantelant le système capitaliste néocolonial, patriarcal et néolibéral qui est à l’origine de la crise, afin de construire un monde plus juste et plus équitable pour tous.

Bleu, gris, vert – l’industrie essaie de nous vendre l’hydrogène dans toute une gamme de couleurs et d’emballages, mais une fois l’écran de fumée dissipé, la réalité apparaît au grand jour : l’hydrogène n’est rien d’autre que la dernière combine des grands pollueurs et nous ne pouvons pas nous permettre de tomber dans ce piège.