Les forces israéliennes expulsent des Palestiniens pour démolir le village bédouin de Khan al Ahmar en Cisjordanie occupée. Elles emmènent de force les habitants et les manifestants tout en s’en prenant violemment à ceux qui refusent d’être chassés de chez eux. Selon le Croissant-Rouge palestinien, 35 personnes ont été blessées, dont quatre ont été hospitalisées. Et, d’après  nos camarades du groupe israélien B’Tselemn, neuf personnes ont été arrêtées.

Malgré une injonction de la Cour suprême pour bloquer temporairement la démolition du village jusqu’au 11 juillet, la menace d’expulsion pèse toujours sur la communauté bédouine, comme sur bien d’autres communautés palestiniennes.

Les Amis de la Terre International exhortent les dirigeants et les alliés du monde entier à maintenir la pression sur Israël pour empêcher la destruction illégale des maisons et des écoles palestiniennes.

Khan al Ahmar est un village bédouin palestinien, habité par la tribu Jahalin et situé dans la zone C de la Cisjordanie, entre la colonie israélienne de Ma’ale Adumim et une de ses banlieues favorisées, Kfar Adumim. Le village fait également partie de la zone E1, où Israël projette de relier Ma’ale Adumin à Jérusalem-Est annexée, en confisquant de vastes étendues de terres palestiniennes au profit des colons israéliens.

Les habitants de Khan al Ahmar ont déjà été chassés du village de Tel Arad dans le désert du Néguev en 1951. Ils ont ensuite loué les terres sur lesquelles ils vivent maintenant à un propriétaire foncier palestinien privé d’Anata jusqu’à ce que celles-ci soient expropriées et déclarées terres de l’État en 1975, puis classées zone industrielle avant d’être intégrées à la zone E1 en vue de la colonisation de Ma’ale Adumim.

Les membres de cette communauté disposent de peu de sources de revenus. Ils ont un accès limité aux services de santé, d’éducation et de protection sociale, et vivent sans infrastructure de base comme un réseau électrique, un système d’égouts et des routes praticables.

Khan al Ahmar représente une des nombreuses communautés palestiniennes confrontées à la réinstallation forcée parce qu’elles relèvent du plan E1. Tous les habitants de Khan al Ahmar ont reçu des ordres de démolition le 5 mars 2017, leur demandant de détruire leurs propres maisons, écoles, mosquées, cliniques et granges dans un délai de sept jours. Israël a entrepris des travaux d’infrastructure pour faciliter la démolition et le transfert forcé des habitants, en traitant de façon inhumaine des enfants, des femmes et des personnes âgées.

Les Amis de la Terre International et PENGON / les Amis de la Terre Palestine condamnent la politique de colonisation d’Israël et ses projets de construction de colonies illégales, ainsi que toutes les mesures prises dans ce contexte – transferts forcés, expulsions, démolitions et confiscations de maisons – pour démolir Khan al Ahmar. Ces démolitions constitueraient une nouvelle violation du droit international par Israël.

Nous appelons les décideurs du monde entier à faire pression sur Israël pour que l’État hébreu mette fin à ses actions, annule immédiatement ses décisions et respecte pleinement ses obligations envers les Palestiniens en tant que puissance occupante en vertu du droit international humanitaire.

Nakba environnementale: Injustices et violations écologiques commises par les occupants israéliens de la Palestine