Les Amis de la Terre Asie Pacifique (APac) condamne le recours aux lois anti-communistes et anti-terroristes pour faire taire les défenseurs et défenseuses des droits des peuples autochtones et de l’environnement aux Philippines et en Indonésie.

« Dans ce qui ressemble à un retour à l’époque de la Guerre froide en Asie du Sud-Est, nous avons récemment assisté à l’arrestation, en décembre dernier, du militant écologiste Sherwin De Vera de « Defend Ilocos » par les forces de sécurité philippines, puis à son inculpation pour rébellion ; à la condamnation en janvier de Heri Budiawan (alias Budi Pego) par un tribunal indonésien – ce militant opposé aux activités minières aurait violé le Code Pénal et porté « atteinte à la sûreté de l’Etat » ; et à l’ajout, pas plus tard que la semaine dernière, de défenseurs et défenseuses des droits des peuples autochtones et de l’environnement à une liste de membres supposés du Parti communiste des Philippines – des individus que le gouvernement a sommé un tribunal de classer comme terroristes dans le cadre de la loi de lutte contre le terrorisme. 

Ces actions du gouvernement, nous les percevons comme autant de tentatives d’étouffer les voix dissidentes qui s’élèvent contre les violations généralisées des droits des communautés rurales et autochtones et qui s’opposent au pillage des ressources naturelles et des territoires ancestraux par les entreprises. Ces actions vont à l’encontre de la mission des Etats telle que définie par la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l’homme, c’est-à-dire protéger les droits des personnes qui luttent contre les violations des droits humains et des libertés fondamentales. »

Romel de Vera, Coordinateur du projet Défenseurs et défenseuses des droits humains et de l’environnement pour les Amis de la Terre Asie Pacifique.

« Le fait que le gouvernement réduise au silence les personnes qui se battent pour la justice sociale et environnementale est un pas en arrière pour la démocratie et les droits humains. WALHI exhorte le gouvernement à protéger les défenseurs et défenseuses de l’environnement. »

Khalisah Khalid, Directrice du département Campagnes et Réseaux de WALHI/Amis de la Terre International Indonésie

Heri Budiawan (alias Budi Pego), incarcéré après avoir pris part à une manifestation contre l’extraction de l’or à Java Est en avril dernier, a été condamné pour avoir supposément diffusé l’idéologie communiste en autorisant le déploiement de bannières représentant la faucille et le marteau lors d’une manifestation anti-extraction minière dont il était, aux dires de la police, le leader. 

Sherwin De Vera, libéré sous caution dans l’affaire de rébellion, figure, lui aussi, sur la « liste des terroristes » du gouvernement, de même que Vicky Tauli-Corpuz, Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, qui avait en décembre dernier interpelé le président philippin pour protester contre les conséquences des opérations militaires menées à l’encontre des peuples autochtones.

De nombreux autres défenseurs et défenseuses des droits des peuples autochtones et de l’environnement, qui sont des partenaires de réseau du Centre des droits juridiques et des ressources naturelles – Kasama sa Kalikasan/Amis de la Terre Philippines (LRC-KsK) dans la lutte pour les droits des peuples autochtones aux Philippines, figurent également sur cette liste. C’est le cas notamment de Joan Carling, ancienne secrétaire générale du Pacte des peuples autochtones d’Asie, de Beverly Longid du Mouvement international pour l’auto-détermination et la libération des peuples autochtones, et de Windel Bolinget, président de l’Alliance des peuples de la Cordillère.

« L’expérience passée a montré que l’utilisation des étiquettes « communiste » et « terroriste » par l’Etat menace sérieusement la sécurité, la liberté et la vie des personnes visées. Ainsi, le 3 décembre 2017, Datu Victor Danyan a été tué lors d’une soit-disant opération militaire menée par les forces armées philippines à l’encontre des rebelles communistes de la région. Datu Victor était à la tête des T-Boli-Manobos dans leur lutte contre la prolifération des plantations de café de Consunji sur leurs terres ancestrales. »

« Les Amis de la Terre Asie Pacifique soutiennent tous les défenseurs et défenseuses des droits des peuples autochtones et de l’environnement dans la défense de leurs communautés, de leurs territoires et de l’environnement. Nous condamnons toutes les actions gouvernementales qui qualifient des individus et des groupes de communistes, de terroristes, d’instigateurs, de saboteurs ou autres pour tenter de faire taire, de nuire voire de menacer la vie des défenseurs et défenseuses des droits humains et de l’environnement, de leurs familles, leurs organisations et leurs communautés. Cessez l’oppression et la persécution des défenseurs et défenseuses des droits et des territoires. »

Norly Mercado, Directrice exécutive du Centre des droits juridiques et des ressources naturelles – Kasama sa Kalikasan/Amis de la Terre Philippines

Pour plus d’informations, merci de contacter :
Romel de Vera
Coordinateur du Projet défenseurs et défenseuses des droits humains et de l’environnement pour les Amis de la Terre Asie Pacifique
Tél : +63 917 700 2301
Email : mel.lrcksk[at]gmail.com