Les militants libériens affirment que la réponse internationale à l’éruption de l’Ebola a été désespérément lente, et ont aujourd’hui lancé un appel afin de redoubler les efforts sur le terrain de manière massive pour s’attaquer à la maladie qui balaie leur nation à une vitesse sans précédent.

“Nos hôpitaux débordent et manquent de personnel, la peur et la panique déclenchent la violence. Nos frontières sont fermées et les bateaux évitent nos ports. Nous venons à manquer de nourriture, de fournitures, de tout”, a déclaré Oscar Bloh, qui coordonne CSO (Taskforce on Ebola ou le groupe de travail sur l’Ebola), la réponse des groupes de société civile libériens. “Ceci est la pire éruption d’une des maladies les plus mortelles au monde et nous ne pouvons pas faire face à cela tous seuls. Nous avons urgemment besoin de beaucoup plus d’aide pour arrêter l’épidémie d’Ebola avant qu’elle ne se propage encore plus”.

Après des mois d’inaction, au cours des derniers jours un certain nombre de promesses de dons a finalement été fait, mais certain groupes libériens craignent que cela ne prenne trop de temps pour que les promesses des gouvernements ne se traduisent en aide concrète. Le groupe de travail CSO et des groupes internationaux ont publié une déclaration publique appelant les pays riches et les organisations internationales comme les Nations-Unies à accélérer le déploiement de ressources désespérément requises et visant à enrayer ce qui est tout à la fois une crise sanitaire internationale et une menace à la paix et à la sécurité régionale.

Aidez à combattre l’Ebola au Liberia maintenant!

Plus de 870 personnes sont probablement mortes de l’épidémie actuelle au Liberia, avec des centaines de morts en plus non loin de là en Guinée, au Nigeria et en Sierra Leone. De nombreux travailleurs dans les hôpitaux sont en grève ou ont abandonné leurs cliniques, les travailleurs dans l’aide humanitaire sont mal équipes afin de contenir le virus et les communautés manquent de mesures préventives de base comme de l’eau propre et du savon.

Médecins sans Frontières, également connus en anglais comme Doctors Without Borders, est en première ligne dans la bataille contre l’Ebola au Liberia. Mais des ressources limitées signifient que ses opérations sont sous pression, avec seulement cinq centres de gestion des cas d’Ebola et environ 400 lits dans tout le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone. La Croix-Rouge au Liberia affirme que le crématorium de Monrovia rejette les corps morts infectés en raison d’un manque d’espace. En dehors de la capitale, des centaines de gens potentiellement infectés ont peu d’autre choix que de rester à la maison, car ils habitent en dehors des zones de soins de santé, créant une menace pour leurs familles. Des mesures très simples pourraient aider à contenir la propagation de la maladie dans les zones isolées – souvent les communautés rurales ne savent pas ce qu’est l’Ebola ou comment la maladie se transmet, et nombre d’entre eux manquent d’accès à de l’eau propre ou à des désinfectants.

Les ONG Libériennes font appel à un soutient médical, financier et logistique significatif sous la forme:

  • D’aide experte sur le terrain, dont des spécialistes dans les maladies infectieuses et l’aide au désastre.
  • D’installations de quarantaine, de l’équipement et des habits de protection, des ambulances et des hélicoptères pour transporter les victimes et les corps suspectés.
  • De soutient logistique et financier pour s’assurer que la nourriture, l’eau propre et le courant parviennent aux gens qui en ont besoin, dont les communautés isolées et placées en quarantaine.
  • D’assistance de la part de la Mission des Nations-Unies au Liberia pour aider les forces de sécurité nationale à contrôler les émeutes et à maintenir la paix de manière méthodique et non-violente.
  • Soutient afin d’accroître l’éducation de la communauté et les efforts de désinfection qui pourraient aider à limiter la propagation du virus.
  • Rétablir les vols vers et hors des pays affectés par l’Ebola afin de permettre aux fournitures d’être livrées sans délais.

“La maladie nous a assiégé”, a déclaré Oscar Bloh. “Elle se nourrit de l’inaction et elle est entrain de gagner. La communauté de donneurs a un historique pauvre quand il s’agit de transformer les promesses en action rapide. Nous avons peut être le bon vouloir politique de notre coté maintenant, mais nous ne pouvons pas nous battre contre l’Ebola sans les armes adéquates, l’armure adéquate et une armée d’experts pour la vaincre”.

Aidez-nous à nous battre contre l’EBOLA au Liberia maintenant!

Image: UNICEF Guinea