Australie/Kuala Lumpur, 14 novembre 2017 – Ce week-end, les ministres du Commerce des 11 pays membres du Partenariat transpacifique ont tenté de sauver l’accord commercial en suspendant un certain nombre de dispositions controversées. Bien qu’ils n’aient pas réussi à parvenir à un accord définitif, les dirigeants l’ont tout de même approuvé dans une déclaration et ils se sont engagés à poursuivre les négociations.

Les Amis de la Terre International mettent en garde contre ce nouvel Accord global et évolutif pour le Partenariat transpacifique, qui représente une menace sur les populations et la planète s’il est approuvé.

Sam Cossar-Gilbert, coordinateur du programme Justice économique résistance au néo-libéralisme aux Amis de la Terre International, a déclaré:

 

« L’Accord de Partenariat transpacifique (TPP en anglais) est une calamité qui continue de faire peser une menace sérieuse sur les populations de toute la région Asie-Pacifique. Il est temps maintenant de mettre un terme à cet accord largement impopulaire et dévastateur pour l’environnement. Le commerce ne peut plus primer sur les mesures climatiques »

 

« Plus de 160 pays participent actuellement aux négociations internationales sur le climat à Bonn pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, l’accord de Partenariat transpacifique menace de compromettre l’action climatique en protégeant  le « libre-échange » des produits issus de l’énergie polluante et il va entraîner une augmentation des exportations de charbon, de pétrole et de gaz, ce qui aggravera le réchauffement climatique. »

 

Mageswari Sangaralingam des Amis de la Terre Malaisie / SAM souligne que

 

« malgré quelques modifications, l’Accord de Partenariat transpacifique reste une calamité. Il comprend toujours le mécanisme controversé de règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS en anglais) qui permet aux entreprises étrangères de poursuivre les gouvernements devant des tribunaux d’arbitrage à huis clos contre la quasi-totalité des mesures climatiques qui pourraient nuire à leurs profits » 

 

Pour plus d’informations :

Sam Cossar-Gilbert / +61 403 145 167 / sam.cossargilbert[at]foe.org.au

Mageswari Sangaralingam / magesling@gmail.com