En mars 2017, Groundwork/Amis de la Terre Afrique du Sud a organisé une rencontre interrégionale d’apprentissage qui fait partie du projet Erasmus des Amis de la Terre International. Les Jeunes Amis de la Terre Afrique et les Jeunes Amis de la Terre Europe ont participé à cette rencontre qui a eu lieu à Durban, en Afrique du Sud.

Le projet Erasmus rassemble la jeunesse des Amis de la Terre d’Afrique et d’Europe afin de renforcer le mouvement des jeunes pour la justice environnementale, aussi bien ceux de la fédération des Amis de la Terre International que ceux des organisations alliées pour la justice environnementale et sociale.

Ce projet est aussi une occasion de resserrer les liens entre l’Europe et l’Afrique et d’encourager la participation active des jeunes à la prise de décisions.

Bobby Peek, directeur de Groundwork, a expliqué aux participants que l’inclusion est un principe fondamental des Amis de la Terre International. Les jeunes ont besoin de mieux savoir comment créer un mouvement afin de participer à une bonne partie des activités des Amis de la Terre International.

Les jeunes doivent définir collectivement des stratégies innovantes pour accroître la participation des membres de leurs divers groupes.

« L’avenir appartient aux jeunes. Par conséquent, les jeunes doivent réfléchir de façon critique au rôle particulier qu’ils peuvent jouer dans la lutte contre l’injustice. Ils doivent parler d’une seule voix ferme dans tout le mouvement pour la justice environnementale, et proposer des campagnes thématiques susceptibles de contribuer aux combats de leurs propres organisations. »

Peruth Atukwatse, NAPE

Peruth Atukwatse, coordinateur des projets pour la jeunesse, a représenté NAPE à la réunion. En 2016, l’Association nationale de professionnels de l’environnement/NAPE a mis en route en Ouganda un mouvement de jeunes pour la justice sociale et environnementale. Les objectifs du mouvement sont les suivants :

  • Favoriser la participation des jeunes aux processus de prise de décisions à tous les niveaux.
  • Encourager la participation des jeunes aux forums internationaux, pour qu’ils échangent des expériences et approfondissent leur connaissance des questions de justice environnementale, afin de pouvoir oeuvrer pour le développement social et la durabilité environnementale de leurs communautés.
  • Mobiliser 7 000 jeunes d’ici à 2018, renforcer leurs compétences civiques, les stimuler et les motiver pour accroître leur participation et leurs pressions pour une bonne gestion des ressources naturelles.
  • Promouvoir l’autonomisation économique et sociale de la jeunesse ougandaise.

NAPE est d’avis qu’une fois que les jeunes seront aux commandes ils pourront susciter le changement que l’organisation et ses alliés internationaux s’efforcent de réaliser sans eux. La société a parfois une perception négative des jeunes, qui pousse ceux-ci à se désintéresser des processus politiques, économiques et sociaux et à sentir qu’ils ne peuvent rien faire pour amener un changement durable dans leurs communautés. NAPE se déclare solidaire des jeunes qui réclament la justice sociale et environnementale.