Les Amis de la Terre Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord se mobilisent, aux côtés des communautés menacées par la fracturation hydraulique, pour interdire l’exploitation dangereuse du gaz de schiste.

 

« Je suis déterminée à lutter contre la fracturation hydraulique, car je connais les risques et les menaces potentielles auxquels ma communauté est exposée. Si nous perdons ici, dans le Lancashire, les entreprises du secteur énergétique n’hésiteront plus à demander l’autorisation d’extraire des combustibles fossiles par fracturation dans tout le pays. Des milliers de personnes seraient alors affectéeset notre environnement menacé. »

Barbara Richardson, Roseacre Awareness Group

La détermination des résidents locaux et des militants à travers le Royaume-Uni a permis de tenir l’industrie en échec depuis 2011.

Les habitants du Lancashire mènent une campagne au niveau local pour protéger les communautés de la fracturation hydraulique. Les efforts extraordinaires qu’ils ont déployés, leur ont permis de gagner l’appui de tout le pays et de contribuer à garder le Royaume-Uni à l’abri de cette technique, malgré le soutien inconditionnel du gouvernement britannique à l’industrie énergétique.

« Nous avons appris grâce à ce mouvement que nous formions une communauté, et les manifestations de soutien se multiplient de jour en jour. Nous pouvons compter sur un incroyable réseau de groupes autonomes et solidaires dans toute la région du Lancashire et dans le Royaume-Uni, ainsi que sur des liens étroits avec des personnes et des groupes en Écosse, en Irlande et au Canada. »

Ian Roberts, chairman of Residents Action on Fylde Fracking

Les Amis de la Terre Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord ont apporté des conseils et une expertise en matière de droit et de planification, en plus de lancer des actions en justice au nom des communautés pour contester les décisions du gouvernement britannique. Ils ont également aidé à obtenir un équipement de mesure pour enregistrer les variations de la qualité de l’air et du bruit et offert des supports de formation.

The moment Lancashire County Council rejected Cuadrilla's application to frack at Preston New Road in Little Plumpton, Lancashire. Local residents, Friends of the Earth and anti-fracking protestors outside Lancashire County Council (County Hall), Preston, 24 June 2015.

Au moment où le conseil de comté du Lancashire a rejeté la demande de Cuadrilla de faire échec à la nouvelle route de Preston. Photo: © Amelia Collins/ Friends of the Earth England, Wales and Northern Ireland.

La campagne contre la fracturation hydraulique a été portée au niveau national, pour cibler le gouvernement britannique et ralentir les avancées de l’industrie. En 2015, leConseil du Comté du Lancashire a voté contre un projet de fracturation à Preston New Road, mais le gouvernement britannique a annulé la décision pour donner le feu vert au projet en juillet 2018.

« Rejoignez-nous pour lutter à chaque instant contre la fracturation. Fermer les yeux sur ce problème coûtera cher à notre santé et à notre bien-être ainsi qu’à celui de notre planète. »

Barbara Richardson

Au fur et à mesure que les machines sont arrivées à Preston New Road, les mobilisations se sont intensifiées. Des centaines de personnes, des groupes religieux, des syndicats, des agriculteurs et des familles ont organisé des manifestations massives. Le projet a pris du retard, en grande partie en raison des protestations quotidiennes menées par la population locale le long des routes, et des centaines de personnes qui affluent régulièrement sur le site pour les soutenir.

Police guard the fracking site at Preston New Road, Preston, Lancashire

La police surveille le site de fracturation de Preston New Road, dans le Lancashire. Photo : © Jamie Peters/ Friends of the Earth England, Wales and Northern Ireland.

Le gouvernement a, cependant, l’intention d’accélérer l’exploitation du gaz de schiste en Angleterre en facilitant l’« aménagement autorisé », ce qui supprimerait la nécessité pour les entreprises du secteur énergétique de demander un permis de construire au conseil municipal. Les Amis de la Terre Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord font pression sur le gouvernement pour qu’il abandonne cette proposition, qui permettrait d’encadrer la fracturation hydraulique par les mêmes règles de planification que celles servant à installer une clôture.

« Une fois à bord de ce train, vous réaliserez que notre cause est juste et vous ne souhaiterez plus en descendre. Vous découvrirez également que vos compagnons de voyage sont des gens merveilleux et inspirants. Vous ferez partie d’une communauté composée de personnes de tous les horizons partageant des valeurs réelles et un sens commun de la justice. »

Ian Roberts 

Près de 40 000 personnes ont signé une pétition pour demander au gouvernement de permettre aux conseils locaux de prendre des décisions de planification en matière de fracturation et d’interdire aux entreprises du secteur énergétique de forer sans avoir à obtenir un permis de construire.

Campaigners from Lancashire, joined by Greenpeace and Friends of the Earth, outside the Home Office DCLG building after delivering the petition of over 180,000 signatures to Downing Street. They are calling on the Government to respect Lancashire’s decision to reject fracking. Pictured: (left to right) - Rose Dickenson, Hannah Martin, Claire Stephenson, Gale Hodson, Gina Dowding (Lancashire County Councillor), Cat Smith (MP) and Gordon Marsden (MP) outside the DCLG building

Des militants du Lancashire et des Amis de la Terre devant le Département des communautés et de l’administration locale du Ministère de l’Intérieur ont remis une pétition de plus de 180 000 signatures demandant au Gouvernement de respecter la décision du Lancashire de rejeter la fracturation. Photo : © Chris Ratcliffe/ Greenpeace.

Barbara Richardson vit à Roseacre, à 500 mètres d’un autre site de fracturation de la compagnie d’énergie Cuadrilla. Plus elle en apprend sur la fracturation hydraulique, plus elle est horrifiée de son impactsur sa communauté, mais aussi sur toutes les communautés du Royaume-Uni.

Barbara Richardson, Roseacre resident and a primary school teaching assistant, at the end of her driveway, which is the proposed Roseacre fracking site.

Barbara Richardson au bout de son allée, qui est le site de fracturation de Roseacre proposé. Photo: © Amelia Collins/ Friends of the Earth England, Wales and Northern Ireland.

« La fracturation mènera à la destruction de nos belles campagnes et communautés du Lancashire, à la disparition de nos industries touristiques et agricoles. Elle fera peser des risques sur notre santé et nos eaux souterraines. Sans parler de la dépendance continue à l’égard des combustibles fossiles et de l’impact désastreux que cela aurait sur le changement climatique. »

Ian Roberts

Ian vit à quelques kilomètres de Barbara, à Sainte-Anne. Sa communauté s’est ralliée à celle de Barbara et à sept autres pour former Frack Free Lancashire afin de présenter une pétition aux responsables politiques et se mobiliser contre la fracturation. Ces communautés se sont également associées à des groupes et réseaux de militants nationaux et internationaux pour faire connaître plus largement le message contre la fracturation hydraulique.

« J’espère voir l’interdiction de la fracturation dans le monde entier et l’abandon des combustibles fossiles pour un avenir énergétique propre et durable. »

Ian Roberts

Photo principale : © Amelia Collins/ Friends of the Earth England, Wales and Northern Ireland.